Carnets du Business


           

Eric Jacquemet rejoint Sarbec : « le terrain de jeu, c’est la planète »




Lundi 15 Novembre 2010


Il y a quelques mois, Eric Jacquemet nous avait accordé un entretien exclusif au cours duquel il partageait sa conception du management, grâce à laquelle il a fait de TNT Express une entreprise leader et responsable où il « fait bon travailler ». Mission accomplie. Ce dirigeant coutumier du contre-courant s’affirme à nouveau : dans une économie empreinte d’attentisme, qui étouffe les aspirations et désabuse les plus téméraires, Eric Jacquemet vient d’annoncer qu’il quittait la Présidence de la filiale française de l’expressiste pour rejoindre la gouvernance du groupe familial de cosmétique Sarbec. Un choix de carrière qui interpelle forcément, mais qui surprend peu quand on connaît le personnage. Il nous confie la genèse de son choix.



Vous étiez à la tête d'une grande entreprise, TNT. Qu'est-ce qui vous a donné envie de changer?

Eric Jacquemet rejoint Sarbec : « le terrain de jeu, c’est la planète »
Eric Jacquemet: Je suis rentré chez TNT que je dirige il y a près de 25 ans, j'y ai effectué un parcours unique qui m'a conduit à la direction de l'entreprise depuis 12 ans déjà. Il y a quelques temps j'ai songé à ce j'allais faire de mes 25 prochaines années et je suis arrivé à la conclusion que j'avais envie de nouvelles aventures. Au même moment mon beau père, Patrick Van Den Schrieck, propriétaire du 1 er groupe Français familial indépendant de cosmétique, décide de passer la main et se pose la question de sa succession. Or, depuis longtemps nous partageons la même vision de l'entreprise et c'est tout naturellement que nous sommes arrivés à la conclusion que la meilleure chose qui s'imposait à nous deux était que je reprenne les rênes de l'entreprise.

Vous quittez une entreprise leader en France pour vous lancer comme entrepreneur familial, c'est courageux, mais pourquoi faites vous cela?

Eric Jacquemet: Comme chef d'entreprise, j'ai toujours été triste de voir des entreprises Françaises partir aux mains d'investisseurs étrangers avec, trop souvent, des conséquences sur l'emploi. Très franchement, j'aurais eu du mal à me regarder dans la glace si c’était arrivé à l'entreprise de mon beau père, alors que tout était réuni pour continuer cette belle aventure familiale.

Vous êtes à la tête d'un groupe de plus de 5000 personnes, n'avez vous pas peur de trouver Sarbec un peu trop petit?

Eric Jacquemet: Le groupe Sarbec n'est pas une petite entreprise avec 550 salariés dans l'industrie en France, 100 Millions de produits fabriqués chaque année, 100 Millions € de CA dont 45% à l'international, 4 sites industriels dont 1 en Pologne, 4% du CA investit dans la recherche et le développement. L'entreprise ne demande qu'à grandir! Et la croissance, c'est une étape merveilleuse de la vie que j'ai envie d'accompagner.

Avez-vous déjà imaginé travailler dans le secteur des cosmétiques?

Eric Jacquemet: Oui et c'était prémonitoire. Lorsque j'ai démarré ma carrière j'ai été séduit par ce secteur d'activité. Pour trouver mon premier travail, j'ai fais le tour en porte à porte sans rendez-vous des plus grandes entreprises du secteur. J'ai eu des entretiens très intéressants, mais l'histoire a voulu que le transport express soit le plus rapide pour m'embaucher! (Rires)

Avez-vous déjà une vision du secteur d'activité et de l'évolution de SARBEC?

Eric Jacquemet: Les hasards de la vie ont voulu que j'épouse il y a 15 ans la fille d'un industriel des cosmétiques... Depuis, je me suis aussi un peu marié avec ce beau métier. Concernant le secteur, j'ai une certitude qui est en lien avec ce que j'ai observé chez TNT : c'est que le terrain de jeu c'est la planète et qu'il y a évidement des opportunités formidable en cosmétique, lingette et dans le parfum, les 3 métiers de SARBEC. Aujourd'hui il est évidemment trop tôt pour que je parle de ma vision, néanmoins je partage la conviction avec Patrick Van Den Schrieck que SARBEC doit conquérir de nouveaux marchés et peut accélérer son développement à l'international.



Retrouvez la précédente interview d'Eric Jacquemet (Août 2010)

A propos de Sarbec Cosmetics

"Sarbec Cosmetics est le 1er groupe français familial indépendant avec un chiffre d'affaire de 100 millions d'euros en 2009. Né il y a plus de 40 ans l'entreprise fabrique et commercialise des lignes de produits cosmétiques, des parfums et des lingettes.
Le groupe s'est développé tant par croissance interne que par acquisitions, Parfums Neija (1985), Jacomo (1995). Sarbec Cosmetics fabrique plus de 100 millions de produits par an et possède un portefeuille de 7 marques dont Corine de Farme, Institut Phyto pour la grande distribution et Jacomo en sélectif.
Notre groupe, présent dans 115 pays grâce à son circuit de distribution, compte aujourd’hui 550 personnes en Europe réparties sur 4 sites de production certifiés ISO 9001 et 8 filiales présentes sur chaque marché clé. Notre objectif est d’apporter toujours plus d’innovations, de bien-être et de rêve aux consommateurs en toute sécurité. Notre savoir-faire s’exprime au travers de nos marques internationales, de services aux marques d’enseignes et d’offres en B to B. L’actionnariat familial du groupe est garant, pour toutes ses activités, de valeurs d’indépendance, de proximité, de réactivité et de pérennité."


Pour plus d'informations, connectez- vous sur www.sarbec.com

Les Cdb




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Harcèlement « quelque chose est en train de se passer » dit Brigitte Macron: En déplacement dans une école lundi...… https://t.co/pRxaMLDzO5
VA Press : A Paris, lancement de l'"Université du Bien Commun": La Fondation "France Libertés",... https://t.co/p1xxSxbpQ8 https://t.co/zgZROEej3Y
VA Press : Le groupe RATP inaugure un centre de formation dédié à l'apprentissage: "Par ce nouvel... https://t.co/gGvEJLCi1v https://t.co/M4gHL1yWjo
VA Press : "Daech ; l'arme de la communication dévoilée". Analyse à la veille de la chute proche et probable du califat. https://t.co/m8mxIygkO1
VA Press : Une politique familiale ni solidaire, ni responsable ?: Lors de la campagne électorale... https://t.co/X8rzlsLN2O https://t.co/7pgMwKanJt