Carnets du Business


           

Habitat durable : le constructeur Logelis aux portes des marchés émergents




Jeudi 2 Mars 2017


Grâce à plusieurs années de R&D, Logelis a mis au point un brevet qui permet de bâtir des maisons de haute qualité dans des délais record et à moindre coût. Une innovation qui séduit les Français, mais pas seulement, puisqu’elle s’exporte par-delà les frontières. Faible coût de main d’œuvre, simplicité de la technologie et durabilité comptent parmi les arguments de cette eco-smart-tech 100% française. Renaud Sassi, PDG fondateur, répond à nos questions.



Depuis 2015, les habitations Logelis se multiplient un peu partout en France. Pourriez-vous revenir sur les spécificités de votre système de construction ?

Notre produit est né de la volonté d’obtenir une isolation durable et de très grande qualité, dont la fabrication peut être industrialisée et dont la facilité d’assemblage permet un gain de temps considérable en construction. Le polyuréthane injecté entre deux panneaux composites est ce qui répondait le mieux à ce cahier des charges. Nos panneaux garantissent des constructions énergétiquement neutres, nativement. Et s’ils sont plus chers que de simples parpaings, il faut souligner qu’ils intègrent déjà l’ensemble des réseaux (électricité notamment), tout en permettant un assemblage très simple et très rapide. Cette simplicité de fabrication et d’assemblage permet l’appropriation de notre produit par les acteurs locaux dans tous les pays où nous nous déployons. Notre technologie, simple et fiable, peut s’exporter et être installée partout dans le monde au plus près des zones de construction.

Vos réalisations sont-elles destinées au seul usage résidentiel ?

Notre principe constructif s’applique potentiellement partout. Pour des questions de certification, nous avons démarré par des maisons en rez-de-chaussée, avant d’être autorisés à bâtir en étages. Puis nous sommes passés aux petits collectifs avec étage. Mais les possibilités sont illimitées : en Irak, nous avons déjà bâti 70 logements collectifs et individuels, une église, et nous sommes actuellement en train de construire un centre pour handicapés de 2200 m2, ainsi que deux écoles. Pour des usages standards de construction, il n’y a aucune restriction d’emploi : la flexibilité de nos process et de notre produit nous autorisent à envisager toutes les utilisations, comme la construction hôtelière que nous étudions actuellement. C’est ce qui motive en grande partie nos collaborateurs, dont certains n’hésiteront pas à vous dire que ce projet représente l’aventure d’une vie, où l’imagination est pour l’instant la seule limite. 

Quelles ont été vos motivations à développer une telle innovation ?

Renaud Sassi (à gauche), président de Logelis (Photo: Logelis)
Renaud Sassi (à gauche), président de Logelis (Photo: Logelis)
De 2005 à 2008, en tant qu’apprenti promoteur, j’ai été surpris, pour ne pas dire choqué, par les méthodes de construction que j’ai constatées : manque d’efficience énergétique, malfaçons fréquentes, délais non respectés… Mon idée a été de simplifier et standardiser les méthodes de construction, tout en réduisant le nombre de composants nécessaires, sur le modèle de ce qui se fait dans l’industrie automobile. C’est la raison pour laquelle je me suis entouré au début de personnes de l’industrie automobile. Dans une logique d’intelligence collective, nous avons, tous ensemble, développé des produits et un principe constructif qui correspondent pleinement à notre vision de ce que doit être l’habitat et la construction contemporaine. Nous continuons aujourd’hui, au sein d’une équipe regroupant une vingtaine de personnes, à miser sur cette intelligence collective, ciment de notre culture d’entreprise, pour innover et poursuivre notre croissance à rythme soutenu. 

A quels besoins votre offre « made in France » répond-elle sur les marchés étrangers ?

Chaque pays présente ses spécificités. En Irak, l’idée était de fournir des habitats de qualité en « seconde urgence », pour lesquels les notions de rapidité de construction et de qualité d’isolation ont été déterminantes pour convaincre le maître d’ouvrage, à savoir l’Œuvre d’Orient. En Afrique, ce n’est pas tant l’isolation que l’imperméabilité qui semble essentielle aux yeux de nos prospects, en plus de la qualité et de la rapidité de construction. Il a également aussi semblé intéressant de disposer d’un principe constructif ne nécessitant pas forcément d’engins de chantier, dans le cas des constructions de plain-pied. 

Quels types de projets menez-vous à l’international ?

Pour des raisons inhérentes à la législation, plus souple dans certains pays, nous testons certaines idées à l’international. Après une phase de R&D ayant lieu en France, les caractéristiques finales d’un produit ou d’un process de construction sont très souvent testées et validées sur un projet à l’étranger, avant d’être proposées à la certification en France. Sachant qu’il s’agit ici d’un procédé long et complexe, nous ne l’engageons qu’en ayant le maximum de certitudes sur la qualité et les caractéristiques de notre produit.

Dans les pays d’Afrique et du Moyen-Orient, votre technologie est-elle pertinente au-delà des situations de reconstruction (guerre, catastrophes naturelles…) ?

A Doha au Qatar, nous nous adressons au secteur de la construction classique, allant des immeubles d’habitation jusqu’aux maisons haut de gamme. La qualité de notre produit est telle, sur le créneau des technologies HQE, que nous aurions pu sans difficulté nous concentrer sur le marché des constructions de luxe. Mais cela ne correspondait pas à notre vocation et à notre vision d’un habitat de qualité accessible pour tous. Pour autant, ces projets à Doha permettent d’affiner nos savoir-faire et de valider la conception de nos produits, pour pouvoir ensuite les proposer dans des zones moins favorisées.  

En outre, il ne faut pas oublier l’aspect climatique dans certains pays, où réaliser un chantier classique par 50°C au soleil relève de la gageure. Notre produit permet de réaliser le maximum de travaux et de préparation en usine, de l’intégration des réseaux jusqu’aux finitions, dans un lieu qui peut donc être ventilé ou climatisé, tout en assurant une qualité de production maximum. L’assemblage, compte tenu de sa facilité et de sa rapidité, peut, lui, être fait sur site de nuit, ou en tout cas à des horaires moins contraignant pour les ouvriers du bâtiment. Nous contribuons aussi à réduire considérablement la pénibilité des chantiers dans certains pays, tout en développant l’emploi et les compétences locales.

Concrètement, de quelle manière procédez-vous une fois sur place, en termes de main d’œuvre ?

En coordination avec un partenaire implanté sur place, nous n’avons recours qu’à la main d’œuvre locale, que nous formons à prendre en charge l’intégralité des procédés de fabrication et d’assemblage. Nous commençons toujours par envoyer une personne sur place pour prendre en charge la formation, ou par accueillir des personnels locaux en France où nous assurons également des formations. Cette formation a généralement lieu autour d’un projet test, qui nous sert de démonstrateur technologique tout en permettant aux équipes locales de se roder à nos techniques de construction. 

Vous êtes déjà implantés dans les pays du Sud. Visez-vous également d’autres marchés comme les pays scandinaves ou l’Allemagne où l’auto-construction est très en vogue ?

Nous sommes précisément en train de construire notre première maison passive en Allemagne : c’est une maison à destination des réfugiés, présents en nombre en Allemagne. Notre principe constructif intéresse fortement compte tenu de ses qualités techniques, mais aussi de son prix : nous parvenons à descendre aux alentours de 1000€ le m2 contre 1800€ en moyenne pour une maison passive en Allemagne. La Russie et les pays Scandinaves se montrent également très intéressés compte tenu des amplitudes thermiques que ces pays connaissent. Notre produit prend toute sa valeur et donne la pleine mesure de ses qualités précisément dans les pays à forte amplitude thermique. 

Est-ce à dire que la French Tech a aussi de sérieux atouts sur le marché de la construction ?

Sans aucun doute ! Mais notre particularité est de fonder notre projet sur une innovation touchant à la fois au secteur de l’industrie et de la construction. Or, lorsque l’on parle de French Tech, la plupart des gens pense immédiatement au digital. Il n’est pas évident de se présenter auprès d’investisseurs comme une start-up exploitant des « Smart Tech » tout en évoluant dans le secteur de la construction. 

La Rédaction





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : « Jeu du piment » le nouveau jeu dangereux des cours de récrés: Le « jeu du piment » qui consiste à jeter dans les… https://t.co/QVi89xfZRz
VA Press : Grossesse et environnement : une étude d’une ampleur inédite: Des chercheurs de l’Université de Columbia et de Pnns… https://t.co/cSfARSUPzr
VA Press : Management : le grand retour du réel: Les utopies sont illusoires, et les théories managériales en vogue sont utopi… https://t.co/luIf334yZ5
VA Press : OMS : "toute infection prévenue est un traitement antibiotique évité": Cette année, à l'occasion de la Semaine mond… https://t.co/eCtBr85Kt4
VA Press : Sonia Rolland va signer un documentaire sur le Rwanda: Sonia Rolland, ancienne Miss France, commence au Rwanda le t… https://t.co/ko2KTCDF89