Carnets du Business


           

La justice italienne interdit tout simplement Uber




Lundi 10 Avril 2017


Le tribunal de Rome vient d’interdire l’ensemble des offres Uber qui concerne le transport de passagers. Une victoire pour les chauffeurs de taxi italiens qui va faire des jaloux dans beaucoup d’autres pays.



ILD
ILD
C’est l’exception italienne. Le tribunal de Rome continue à donner raison aux chauffeurs de taxi aux dépends d’Uber. Le 7 avril, il a confirmé l’interdiction de la plupart des services Uber que la justice de Milan avait déjà prononcée en 2015 : « qu'il s'agisse d' Uber X, XL, Black, Lux, SUV, Select et Van. Ne reste qu'Uber Eats, pour la livraison de repas à domicile, qui représente seulement une infime part de ses activités. Elles constituent, d'après les juges romains, une concurrence déloyale pour les taxis traditionnels » rapportent Les Echos.

C’est la quatrième fois que la justice italienne interdit la société de transport de personnes américaine de concurrencer les taxis. « C'est un brutal coup de frein au développement de l'entreprise américaine sur l'un des plus importants marchés européens. Elle a désormais dix jours pour faire appel ou se soumettre, sans quoi l'amende sera de 10.000 euros par jour et de 100 euros pour les conducteurs. Elle doit en outre cesser la promotion de ses services. « Nous sommes estomaqués », a réagi l'un de ses avocats interrogé par le quotidien le « Corriere della Sera » annonçant qu'Uber ferait appel » lit-on plus loin. C’est une grande victoire pour les chauffeurs de taxi italiens qui fait déjà rêver ceux des pays voisins, voire même du monde entier. Alors que Uber attaquait une réglementation « ancré€) dans le passé » l’Etat italien a préféré calmer la colère des chauffeurs qui ont manifesté en début d’année et fait la grève.

Alors que la colère gronde à l’intérieur du groupe comme à l’extérieur, le cas italien risque de faire date comme la démonstration que l’autorisation d’exercer pour Uber ne va pas de soi. Les déclarations du gouvernement italien laisse transparaitre la satisfaction, estimant que l’arrivée de Uber était synonyme d’une évolution trop brusque du secteur du transport : « augmenter la concurrence dans le secteur des services augmente la capacité de croissance, mais cela doit se faire en garantissant une transition douce » a déclaré Pier Carlo Padoan, le minsitre de l’Economie, cité par Les Echos.

Joseph Martin

Dans cet article : interdiction, Italie, justice, Les Echos, Uber




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche












VA Press sur Twitter
VA Press : Canular homophobe à la télévision : un jeune dans un état "déplorable": Après le canular... https://t.co/PcizSUYhso https://t.co/0viNVdKWaN
VA Press : La société a-t-elle besoin de retrouver confiance dans le monde de la santé ?: Pour la... https://t.co/3xpanRxhzu https://t.co/iL0A6i9ZgL
VA Press : Globésité VA EDITIONS https://t.co/GVVYG5tk2w via @YouTube
VA Press : Pour la Fondation Abbé Pierre, le logement est "le grand oublié" du gouvernement:... https://t.co/V4HDUio7ew https://t.co/GCPen6ylBE
VA Press : Yves Bonnet, ancien directeur de la DST, interviewé sur TV5 Monde https://t.co/XbEYX7fPrh