Carnets du Business


           
Nicolas Menguy
Directeur de la rédaction En savoir plus sur cet auteur

Le culte de la performance : de l’idéal de société à l’idéologie de quelques-uns




Samedi 23 Janvier 2010


Par Nicolas Menguy



Le culte de la performance : de l’idéal de société à l’idéologie de quelques-uns
Le culte des grands hommes existe certes depuis l’antiquité, comme l’explique Georges Minois [1]. Ces hommes étaient les miroirs des aspirations sociales de leurs époques respectives. Ce qui a changé, depuis les années 80, c’est l’avènement d’une société de l’image, de la course au « quart d’heure de célébrité » prédite en 1968 par Warhol. Aujourd’hui, tout est socialement symbolisé, a fortiori le travail. Pas celui qui fait vivre, mais celui qui incarne socialement l’accomplissement personnel, vulgairement réduit à la notion de réussite. Rien d’étonnant puisque nous sommes passés d’une société organisée par la discipline à une société fonctionnant à l’autonomie, et donc à une hyper-responsabilisation de chacun. « Tout se passe comme si chaque individu avait sa propre personnalité pour totem » disait Claude Levi-Strauss en 1960. En découlent des exigences d’action et d’initiative qui induisent un mode de vie caractérisé par « des normes de dépassement de soi, sur le modèle de la compétition sportive » comme le démontre formidablement Alain Ehrenberg [2].

Ainsi, des dirigeants à la fibre sportive, mais modestement scrupuleux, gèrent leurs ressources humaines comme on élève des chevaux. La comparaison est volontairement polémique et loin d’être innocente : le terme de « performance » selon Littré, d’origine anglaise, était initialement « employé dans la langue du turf pour désigner le tableau des épreuves subies dans l’hippodrome par un cheval de course ». Et bien des salariés en subissent, des épreuves ! Tels des entraîneurs à l’appât du gain, certains managers - s’étant tristement illustrés récemment -, vouent un culte démesuré à la performance immédiate, comme le relate le journaliste Yvan Du Roy [3]. Jusqu’où irons-nous ? A quand des pronostics et des paris sur « l’employé le plus endurant du trimestre » ?

La prégnance du concept de performance n’est pas chose nouvelle dans le monde de l’entreprise. Mais alors qu’auparavant il reflétait un idéal démocratique récompensé par la justice sociale selon Rawls, désormais il incarne un impératif permanent justifié par l’urgence. Autrement dit, le concept de performance est passé du stade d’aspiration personnelle à celui de chorégraphie imposée. Doit-on encore s’étonner de certains phénomènes de découragement ou de démotivation des troupes dans l’entreprise ? Assurément pas, à en croire le philosophe Bernard Stiegler, pour qui les troubles sociaux actuels sont le fruit d’un désajustement entre le système technique et les systèmes sociaux.

Le culte de la performance a révélé l’entreprise contemporaine sous un jour nouveau : celui d’un géant aux pieds d’argile, qui lorsqu’il vacille, se dit que ses maux proviennent de ses jambes plutôt que de sa tête. A-t-il pour autant choisi la meilleure façon de courir ? Pour certains dirigeants, fort heureusement minoritaires, la responsabilité sociale de l’entreprise est encore une « science fiction » contemporaine, entendue au sens de Harendt [4]; « un véhicule des sentiments et des aspirations de masse ».


(1) Georges Minois, Le Culte des grands hommes, Louis Audibert Editions, 2005
(2) Nervosité dans la civilisation, du culte de la performance à l’effondrement psychique (vidéoconférence))
(3) Auteur de Orange Stressé (Ed. La Découverte). En savoir plus
(4) Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy, 1961


Photo: flickr - cc - pensiero





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Harcèlement « quelque chose est en train de se passer » dit Brigitte Macron: En déplacement dans une école lundi...… https://t.co/pRxaMLDzO5
VA Press : A Paris, lancement de l'"Université du Bien Commun": La Fondation "France Libertés",... https://t.co/p1xxSxbpQ8 https://t.co/zgZROEej3Y
VA Press : Le groupe RATP inaugure un centre de formation dédié à l'apprentissage: "Par ce nouvel... https://t.co/gGvEJLCi1v https://t.co/M4gHL1yWjo
VA Press : "Daech ; l'arme de la communication dévoilée". Analyse à la veille de la chute proche et probable du califat. https://t.co/m8mxIygkO1
VA Press : Une politique familiale ni solidaire, ni responsable ?: Lors de la campagne électorale... https://t.co/X8rzlsLN2O https://t.co/7pgMwKanJt