Carnets du Business


           
Olivier Meier
Olivier Meier est Professeur des Universités, directeur de recherche au Lipha Paris Est et visiting... En savoir plus sur cet auteur

Logistique et supply chain : quelle organisation pour demain?




Samedi 13 Mai 2017


Selon le Forum international des transports, la chaîne logistique peut se définir comme un réseau d'organisations (unités, centres...) qui assure les fonctions d'approvisionnement en matières premières ou en article semi-finis, le transport et la transformation de ces matières en composants, articles semi-finis ou finis, ainsi que celles de stockage et de distribution vers le client final. Néanmoins, la logistique au sens large connaît aujourd'hui de profondes mutations aux niveaux de la gestion de ses flux physiques, informationnels et financiers.



Les développements technologiques (comme le RFID*), la pénurie des ressources, les évolutions démographiques, les exigences des consommateurs, ainsi que les questions de conformité imposent de repenser la logistique de demain, tant au niveau de la gestion des flux physiques que d’informations (Balasubramanian et al., 2017; Huo et al., 2016; Christopher, 2000).

Face à de telles évolutions, il est proposé, à l’appui de travaux récents dans le domaine et de différents entretiens avec des spécialistes du champ (Supply chain managers, responsables logistique et transport, consultant SCM…), une grille thématique à 7 dimensions (RACITID) qui permet de saisir la portée des changements et leurs conséquences sur les différents métiers et activités de la chaîne globale logistique (Meier, 2016). Dans cette perspective, notre modèle permet de mettre en exergue plusieurs caractéristiques associées à la logistique du futur. Il semble en effet que les changements en cours conduisent au développement d’une organisation logistique, fondée sur 7 dimensions clés :

1) La Réactivité (R) ---> une logistique réactive capable de réagir rapidement aux imprévus, aléas (intempéries, accidents, défaillances…), effets de saison et variations de la demande, par une réduction des temps de transferts entre activités opératoires que rend possible le développement des technologies de l'information (EDI, télécommunications...);

2) L’Agilité (A) ---> une logistique agile et flexible capable d'adapter sa structure de coûts et ses niveaux de prestations d'une extrémité à l'autre de la chaîne d'approvisionnement, afin de répondre le plus efficacement possible aux évolutions de l'environnement ;

3) La Collaboration (C) ---> une logistique collaborative capable d'organiser une meilleure coopération entre les acteurs de la chaîne d'approvisionnement (alignement stratégique, partage d’informations, synchronisation des décisions), afin d’améliorer la satisfaction globale du client (amélioration du service client, réduction des coûts, diminution des délais, respect de l'environnement) ;

4) L’Intégration (I) ---> une logistique intégrée centrée sur une meilleure coordination des modèles logistiques des fournisseurs et distributeurs, afin d’optimiser l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement et d'assurer la continuité des flux (pilotage des flux et gestion optimisée des interfaces) ;

5) La Transparence (T) ---> une logistique transparente (traçabilité) qui permet d’avoir une visibilité complète sur les processus logistiques, grâce à des informations précises  tout au long de la chaîne de production et de distribution ;

6) L’Intelligence (I) ---> une logistique intelligente capabe de prendre des décisions rapides et pertinentes en temps réel à tous les niveaux, au sein d’une même entreprise et entre les différents partenaires de la chaîne, et de soutenir les compétences et connaissances humaines, grâce à l’utilisation de puces et de capteurs au sein d’objets intelligents utilisés à tous les niveaux de la supply chain (exploitation maximale et cohérente de l'ensemble des informations disponibles) ;

7) La Durabilité (D) ---> une logistique verte et durable autour de trois piliers (bâtiments, transports, traitement des déchets), en vue de veiller à une plus grande durabilité des processus logistiques tout au long de la chaîne , à travers une meilleure utilisation des ressources (énergies, matières premières), facteurs d’économies de coûts et de bien-être collectif.

Cette grille montre les changements en profondeur au sein de la supply chain. La logistique de demain sera à la fois réactive (vitesse de réaction) et agile (vitesse d'adaptation), collaborative et intégrative, transparente et intelligente mais aussi verte et durable. Fondée sur une gestion optimisée des relations entre acteurs et l’intégration de solutions symbiotiques,  la logistique du futur est susceptible de générer des économies de coûts et des perspectives de création de valeur pour le client (objets connectés permettant de suivre en temps réel l’expérience et les besoins des clients, rapidité des livraisons, protection de l'environnement...) . Autant de changements qui contribuent à faire de la logistique, un secteur attractif en pleine mutation, au service de la croissance économique et du développement social.

(*) La radio-identification ou RFID (Radio Fréquency Identification) est une technologie d’identification automatique qui utilise le rayonnement radiofréquence pour identifier les objets porteurs d’étiquettes lorsqu’ils passent à proximité d’un interrogateur ». La RFID permet de stocker une information dans une puce électromagnétique, qui pourra être interrogée à l’aide d’un terminal radiofréquence ou sera à même de communiquer les informations.

Bibliographie

Aviv Y. (2001), “The effect of collaborative forecasting on supply chain performance”, Management science, vol. 47, p. 1326-1343.

Balasubramanian S. , Shukla V., (2017) "Green supply chain management: an empirical investigation on the construction sector", Supply  Chain Management: An International Journal, Vol. 22 Issue: 1, pp.58-81.

Chopra S., Meindl P., Supply Chain Management: Strategy, Planning, and Operation, Pearson, 528 p.

Christopher M. (2000), “The agile supply chain : Competing in volatile markets”, Industrial marketing management, vol. 29, p. 37-44.

Huo B.,  Han Z. , Prajogo D., (2016) "Antecedents and consequences of supply chain information integration: a resource-based view", Supply Chain Management: An International Journal, Vol. 21 Issue: 6, pp.661-677.

Meier O., (2016) "Grille RACITID: application au cas de la logistique et du transport", note de recherche DRT, 1-12 pages.

Munson Ch. (2017), The Supply Chain Management Casebook: Comprehensive Coverage and Best Practices in SCM, Financial TImes Prentice Hall, 320 p.

Tsanos C.,  Zografos K. , (2016) "The effects of behavioural supply chain relationship antecedents on integration and performance", Supply Chain Management: An International Journal, Vol. 21 Issue: 6, pp.678-693






Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Management : le grand retour du réel: Les utopies sont illusoires, et les théories managériales en vogue sont utopi… https://t.co/luIf334yZ5
VA Press : OMS : "toute infection prévenue est un traitement antibiotique évité": Cette année, à l'occasion de la Semaine mond… https://t.co/eCtBr85Kt4
VA Press : Sonia Rolland va signer un documentaire sur le Rwanda: Sonia Rolland, ancienne Miss France, commence au Rwanda le t… https://t.co/ko2KTCDF89
VA Press : Automédication : sans ordonnance ne veut pas dire sans risque: Une étude du magazine 60 millions de consommateurs a… https://t.co/zVO8OTYnFl
VA Press : La ferme des 1000 vaches https://t.co/4qt6gZrlia