Carnets du Business


           

Méthodes d'analyse des risques environnementaux: la démarche du BRGM




Mercredi 13 Avril 2011


Face au développement des risques environnementaux et de leurs impacts, notamment en matière de santé publique, la caractérisation et la mesure des polluants dans le sous-sol, l’eau et l’air font aujourd’hui l’objet de toutes les attentions. Un travail dans lequel s’investit tout particulièrement le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) au travers de son service Métrologie, monitoring, analyse.



Méthodes d'analyse des risques environnementaux: la démarche du BRGM
Les risques environnementaux sont liés aux impacts des produits chimiques, minéraux et organiques (hydrocarbures, produits phytosanitaires, produits pharmaceutiques ou vétérinaires…) sur l’environnement en général et sur les sols, les sous-sols, les eaux souterraines et en surface ainsi que les particules de l’air en particulier. Des risques qui touchent donc, indirectement, à la santé publique. « Chaque strate de notre environnement est touchée de manière différente par ces polluants, souligne Gilles Hervouët, Chef du service Métrologie, monitoring, analyse du BRGM. « La mise en place de mesures de protection face aux risques environnementaux nécessite donc au préalable de définir et de caractériser la nature des polluants et d’en mesurer le niveau de concentration en fonction de chacun des compartiments qu’ils traversent. Un travail de recherche et développement que nous réalisons au sein du service Métrologie, monitoring, analyse du BRGM. »

Le BRGM définit des méthodes d’analyse environnementale

La mission de ce service consiste à développer des méthodes pour identifier et mesurer des traces de polluants dans l’air, les sols et les eaux. « Tout ce qui nécessite des mesures physiques ou chimiques peut ainsi être traité au sein du service», précise Gilles Hervouët. Ainsi, le BRGM contribue à l’application en France de la Directive européenne de 2000 pour la protection et la gestion de l’eau. Cette directive poursuit plusieurs objectifs tels que la prévention et la réduction de la pollution, la promotion d’une utilisation durable de l’eau, la protection de l’environnement, l’amélioration de l’état des écosystèmes aquatiques et l’atténuation des effets des inondations et des sécheresses. Son objectif ultime consiste à atteindre un « bon état » écologique et chimique de toutes les eaux communautaires d’ici à 2015. « Dans le cadre de cette directive, chaque état membre a pour mission de mettre en place des dispositifs pour contrôler la qualité des ressources en eaux souterraines ou de surface, explique Gilles Hervouët. Un travail sur lequel œuvre activement notre service. » Alors que les substances polluantes évoluent et se multiplient en permanence, le BRGM s’intéresse également à tous les composants polluants qui, à terme, sont susceptibles de se retrouver dans notre environnement. « Nous travaillons sur l’évolution de nos méthodes et de nos outils propres à détecter toutes ces nouvelles molécules », ajoute Gilles Hervouët.

De la méthodologie aux contrôles

Une fois la méthode d’identification et de quantification de la source polluante définie, le BRGM propose de la transformer en norme ou en guide à partir desquels il sera lors possible de réaliser des contrôles sanitaires. « À titre d’exemple, nous étudions actuellement dans la région Centre les impacts de l’usage des produits vétérinaires donnés aux animaux sur les eaux de ce territoire, poursuit Gilles Hervouët. Ces analyses permettront ensuite de définir des normes pour que les collectivités disposent d’un nouveau référent en matière de contrôle sanitaire. Le respect de ces normes pourra notamment inciter à la mise en place de nouveaux dispositifs, tels que des bases de rétention ou des systèmes de traitement, pour éviter ces transferts de polluants vers notre environnement naturel. »

L’origine des polluants traquée par les chercheurs du BRGM

Le BRGM a également pour vocation de travailler sur l’origine des polluants. « En développant la connaissance des collectivités ou des entreprises sur l’origine des polluants, nous leur fournissons une information complémentaire et innovante par rapport à l’analyse classique, ajoute Gilles Hervouët. Ils disposent alors des éléments complémentaires pour la mise en œuvre de nouveaux dispositifs de traitement des pollutions beaucoup plus sélectifs. » D’autres services du BRGM proposent d’ailleurs d’accompagner les collectivités et les entreprises dans la mise en place de ces dispositifs.

« Aujourd’hui, le service Métrologie, monitoring, analyse du BRGM travaille essentiellement pour la recherche, les collectivités et le service public, même si, à terme, ces travaux pourront aussi intéresser les industriels, conclut Gilles Hervouët. Nos travaux de recherche permettent notamment de les sensibiliser sur la présence de produits polluants et de leurs sous-produits dans notre environnement ainsi que sur leur degré de concentration en fonction des territoires ».

Pour plus d’informations, voir le site : www.brgm.fr

La Rédaction




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Bien-être animal : vers un nouvel indicateur de stress chronique chez le cheval ?: Le... https://t.co/xZwNFONvJa https://t.co/OfXNHlVPjs
VA Press : Parlement européen : bientôt un rapport sur l'avenir de l'agriculture ?: L'eurodéputé... https://t.co/p6BcWq2H85 https://t.co/Bu01u8FQwf
VA Press : Œufs contaminés, les producteurs français pas concernés mais de nouveaux produits... https://t.co/NyzrdWulw8 https://t.co/I9XwYgztkM
VA Press : Près de Lille, la villa Cavrois ouvre ses portes: La villa Cavrois à Croix, dans le... https://t.co/p0JNYIfnbK https://t.co/I1Akwn8vkF
VA Press : Des mesures pour les professionnels du tourisme après l'ouragan Irma: L'ensemble des... https://t.co/EgGz3zdvka https://t.co/G78p4RpI1e