Carnets du Business


           

Pôle emploi, les syndicats s’inquiètent des conséquences du tout numérique




Lundi 6 Mars 2017


Les syndicats de Pôle emploi lancent un appel à la grève en réaction au redéploiement de 3 000 conseillers. Une réorganisation qui est due à la montée en puissance des solutions numériques et qui inquiète les représentants du personnel. Des revendications qui restent inaudible dans un contexte difficile pour l’emploi.



DR
DR
Lundi 6 mars, les syndicats de Pôle emploi appellent à la grève. Ils s’inquiètent de la décision de réaffecter entre 2 500 et 3 000 conseillers spécialisés dans le calcul des droits des chômeurs vers d’autres fonctions.  « Aujourd'hui à Pôle emploi, 12 000 conseillers sont spécialisés dans le calcul des droits des chômeurs et leur indemnisation. Mais d'après les prévisions de la direction, ce métier est appelé à décliner avec la généralisation de la déclaration sociale nominative. Il s’agit d’un système permettant le transfert automatique des données des entreprises aux différents organismes sociaux et administratifs, comme Pôle emploi » précise France TV Info.
 
Ces changements ont beau être soumis au volontariat et prévus progressivement, les syndicats s’inquiètent de ce qu’ils analysent comme la conséquence de la montée en puissance du numérique. Le représentant du SNU-FSU, Jean-Charles Steyger s’inquiète et estime que « la déshumanisation générée par l’automatisation permet une mise à distance des chômeurs qui fragilise l’accès aux droits. » « Les syndicats mobilisés lundi demandent également des embauches sous contrats à durée indéterminée (CDI), une hausse générale des salaires et l’arrêt de la sous-traitance pour l'accompagnement des chômeurs » continue la chaine d’informations publique.
 
Les arguments des syndicats risquent tout de même d’avoir peu d’influence. La différence de traitement entre le public et le privé ayant déjà du mal à passer dans un nombre croissant de secteur, on peine à imaginer que les services aux chômeurs ne s’améliorent pas pour éviter de trop chambouler les fonctionnaires qui les accompagnent. Avec un brin d’ironie, on pourrait aussi imaginer que l’étape suivant serait l’inquiétude des syndicats de voir que la baisse du chômage risque d’avoir des répercussions sur leurs effectifs…
 
Lire en intégralité l’article sur le site de France TV Info

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Management : le grand retour du réel: Les utopies sont illusoires, et les théories managériales en vogue sont utopi… https://t.co/luIf334yZ5
VA Press : OMS : "toute infection prévenue est un traitement antibiotique évité": Cette année, à l'occasion de la Semaine mond… https://t.co/eCtBr85Kt4
VA Press : Sonia Rolland va signer un documentaire sur le Rwanda: Sonia Rolland, ancienne Miss France, commence au Rwanda le t… https://t.co/ko2KTCDF89
VA Press : Automédication : sans ordonnance ne veut pas dire sans risque: Une étude du magazine 60 millions de consommateurs a… https://t.co/zVO8OTYnFl
VA Press : La ferme des 1000 vaches https://t.co/4qt6gZrlia