Carnets du Business


           

Sophie Larivet: entretien avec la lauréate du prix de l'IEC09




Lundi 14 Décembre 2009


Nous avons rencontré Sophie Larivet, enseignant-chercheur à l’ESCE-Paris, et chercheur au CEREGE de Poitiers. Elle est également la brillante lauréate du prix "Intelligence Economique et Compétitivité" 2009, qui fut remis le 10 décembre par un jury présidé par Henri Martre, l'un des pères de l'intelligence économique en France. Le prix récompense son récent ouvrage, dans lequel elle reprend les résultats d’une enquête menée auprès d’une centaine de PME de la région Rhône-Alpes. On y constate que l’intelligence économique n’est pas réservée aux grands groupes, notamment au travers de cinq témoignages de dirigeants. Voyons avec Sophie Larivet comment les PME peuvent s’approprier la démarche d’intelligence économique.



Sophie Larivet: entretien avec la lauréate du prix de l'IEC09
CdB: "Encore un livre sur l’intelligence économique (IE)", vous dira-t-on...

S.L.: Je dirais plutôt : enfin un nouveau livre sur l’IE ! Quand vous regardez la production francophone, nous sommes très en retard par rapport à ce qui se fait aux USA, par exemple. De plus, si vous analysez de près la littérature en France, vous verrez que très peu d’auteurs se partagent le « marché ». C’est normal, dans le sens où ce sont des spécialistes reconnus. Mais pour renouveler ou augmenter l’intérêt du public, il faut de nouvelles têtes, de nouvelles approches. C’est ce qu’a voulu faire Ludovic François en montant cette collection chez l’Harmattan : donner une meilleure visibilité aux travaux faits par les chercheurs sur l’IE, afin de compléter des approches plus « consulting », qui étaient majoritaires jusqu’à présent.

CdB: En quoi votre approche « recherche » de l’IE est-elle spécifique et est-elle accessible à n’importe qui ?

S.L.: Je commence par la seconde partie de votre question : oui, bien sûr que c’est accessible à tous. Recherche ne veut pas dire jargon incompréhensible. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement. Je fais de la recherche en sciences de gestion, ça veut dire que ce que je produis doit être accessible à n’importe quel manager ou étudiant en école de commerce. Du moins, c’est la règle que je me suis fixée pour que mon travail puisse avoir une utilité. Ensuite, la spécificité d’une approche recherche réside dans beaucoup de rigueur dans l’utilisation des concepts et des données, et la plus grande transparence dans leur utilisation. Cela nécessite des précautions méthodologiques, beaucoup de citations (rendre à César ce qui appartient à César, au lieu de se l’approprier). En recherche, on ne peut pas donner de chiffres sans prouver la validité statistique de ceux-ci. C’est long et assez rébarbatif à faire, mais ça donne des résultats valides, fiables.

Dans mon livre, j’ai retiré les parties trop techniques, mais le lecteur pourra y retrouver certains des éléments de « prudence » que je viens d’évoquer. Le chercheur, normalement, ne vend rien, il propose des résultats et les soumet à la critique. Il doit aussi fournir au lecteur les moyens de cette critique. Enfin, je terminerai par l’idée qu’en sciences de gestion, on n’est pas censé faire de la politique… L’IE n’est donc pas stricto sensu, un patriotisme économique plus ou moins protectionniste, et ce même si le patriotisme économique est parfois présenté comme une politique publique d’IE assumée. C’est là un positionnement politique, certes intéressant, mais ce n’est pas mon approche. Je m’intéresse à l’IE comme pratique managériale.

Sophie Larivet: entretien avec la lauréate du prix de l'IEC09
CdB: Venons-en au fond. Vous venez de dire que vous vous intéressiez à l’IE en tant que pratique managériale. Que voulez-vous dire par là ?

S.L.: Ma vision de l’IE est proche de celle initialement formulée par Philippe Clerc. Pour moi, l’IE est une combinaison de trois pratiques informationnelles : veille - ou renseignement, légal, n’ayons pas peur des mots-, protection de l’information et influence. Peu importe le type d’organisation qui la pratique, petite ou grande, privée ou non, peu importe le degré d’utilisation des technologies de l’information, peu importe la sphère d’influence, locale ou internationale. Une entreprise qui fait ces trois choses - surveiller, protéger et agir sur son environnement grâce à l’information - fait de l’IE. Elle en fait plus ou moins, plus ou moins bien, mais c’est de l’IE. C’est pour ça que même de toutes petites entreprises peuvent faire de l’IE, et heureusement. Pour reprendre une comparaison que j’utilise souvent dans le cadre de mes cours, il n’est pas besoin d’être Danone pour faire du marketing. Et d’ailleurs, Danone peut se tromper en termes de marketing (Essensis, récemment, est un bel exemple d’échec). La compétence dans une fonction managériale n’est pas une question de taille !

CdB: En pratique, existe-t-il vraiment des PME qui font de l’IE ?

S.L.: Oui, et ce ne sont des pas des exceptions. Dans mon étude, sur une centaine d’entreprises étudiée, une vingtaine peuvent être considérées comme faisant de l’IE. Elles font de la veille régulièrement, ont pris des mesures de protection de l’information (brevets par exemple) et ont des pratiques de lobbying et d’influence sur des acteurs locaux, nationaux, voire, pour certaines, sur des organisations internationales ! Dans mon livre, les pratiques de cinq d’entre elles sont détaillées, à travers des études de cas. C’est l’occasion de constater qu’une entreprise peut pratiquer l’IE sans pour autant mettre en place une usine à gaz ! Du relationnel, du bon sens, des employés sensibilisés et surtout, une vision stratégique, suffisent souvent pour démarrer.

CdB: Vous avez fait le choix de transcrire les discours des dirigeants de PME, d’utiliser leurs propres mots. Pourquoi ce choix ?

S.L.: Dans un but de sensibilisation des PME, justement. Les patrons de PME sont les plus à même de décrire leurs propres pratiques. Leur langage est le langage de la « vraie vie » des PME. J’ai utilisée des verbatim parce qu’un directeur d’entreprise pourra plus facilement se reconnaître dans ces propos que dans une description théorisée des pratiques. En lisant ces verbatim, on a l’impression d’entendre les dirigeants, et on se rend compte que l’IE est à la portée d’une entreprise de 40 ou de 100 salariés. Il existe d’autres types de discours sur l’IE, mais j’avais envie d’apporter des témoignages concrets. J’espère que cela pourra aider d’autres patrons à se mettre à l’IE.



Sophie LARIVET, "Intelligence économique : enquête dans 100 PME", L’Harmattan, févier 2009.


Les Cdbs

Dans cet article : Sophie Larivet




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Cancer, les risques des traitements alternatifs: D’après une étude, ceux qui ont recours... https://t.co/17mhroHi21 https://t.co/yxpKv28Zop
VA Press : La Jamaïque mise à l'honneur à la Philharmonie de Paris: Réunissant objets, images et... https://t.co/Rm45eW34f3 https://t.co/Z3wSooebLF
VA Press : Produits chimiques : des listes accessibles sur internet pour mieux les utiliser: Pour... https://t.co/HV3f6NuXyd https://t.co/P3WUtFSaSv
VA Press : Tour Auto Optic 2000 : la vue en première ligne: Alors que le Tour 2017 s’est terminé... https://t.co/LzDp8fukuF https://t.co/KYvXTQxAuU
VA Press : Kenya : vers un meilleur traitement pour les personnes vivant avec le VIH: Dans... https://t.co/JfsA7ipIHW https://t.co/Xh0yuVBQC1