Carnets du Business


           
Olivier Meier
Olivier Meier est Professeur des Universités, directeur de recherche au Lipha Paris Est et visiting... En savoir plus sur cet auteur

Approche culturelle au Brésil ou "le jeu de la ceinture"




Dimanche 5 Octobre 2014


Le Brésil est un pays constitué de plusieurs sous cultures issues de diverses immigrations et sa population a vécu des événements marquants qui ont forgé son histoire et son identité. Si les Brésiliens se revendiquent comme « américains » du fait de leur position géographique et ont une culture a priori latine (optimisme, enthousiasme, spontanéité, accueil chaleureux, liens informels et directs), sur bien des aspects, ils témoignent d’une certaine proximité avec la culture asiatique, qui peut réserver bien des surprises dans le cadre de relations professionnelles.

 



Très fréquemment, on associe la patience à la culture chinoise par opposition à la culture nord-américaine. Alors que le manager ou le négociateur nord-américain privilégiera la domination et l’agressivité pour parvenir à ses fins, son interlocuteur chinois fera montre de sérénité et de persévérance face à des situations de tensions ou de crise. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les Brésiliens réagissent comme leurs homologues chinois, en considérant la patience comme la première des vertus. En effet, ces derniers aiment échanger, discuter et prendre leurs temps. Et la patience constitue un des critères de différenciation culturelle du Brésil, comme nous l’enseigne un célèbre dicton local : « Patience, le Brésil est grand », à condition de donner du temps au temps et d’avancer pas à pas.  
(Sous licence Creative Commons)
(Sous licence Creative Commons)

Il y a donc chez le peuple brésilien une pointe d’optimisme liée à un passé glorieux, aux potentialités du pays (population, situation géographique, mixité culturelle, ressources naturelles) et à une primauté accordée à l’agilité et à l’adaptation sur la gestion planifiée. Les Brésiliens se révèlent ainsi de redoutables négociateurs qui trouvent certaines similitudes avec la culture asiatique, où le jeu de la ceinture (« Jogo de cintura ») n’a rien à envier au jeu de go, et contraste fortement avec les règles formelles et logiques du jeu d’échecs. Dans la culture brésilienne, le conflit est à éviter et doit laisser place à une gestion souple et pragmatique de la relation, qui doit conduire à des solutions communes acceptées par tous, sans heurts ni agressivité. Ainsi, à l’instar de la culture asiatique, patience, confiance mais aussi flexibilité et persévérance constituent des valeurs fondamentales de la culture brésilienne qui mise avant tout sur le consensus collectif et les projets de long terme.

Une prise de conscience, qui montre, s’il était encore nécessaire, le besoin d’ouverture culturelle indispensable à tout futur manager pour s’adapter au monde de demain, qui ne peut résolument s’inspirer du seul modèle anglo-saxon, certes encore puissant mais de plus en plus minoritaire à l’échelle de la planète.






Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Management : le grand retour du réel: Les utopies sont illusoires, et les théories managériales en vogue sont utopi… https://t.co/luIf334yZ5
VA Press : OMS : "toute infection prévenue est un traitement antibiotique évité": Cette année, à l'occasion de la Semaine mond… https://t.co/eCtBr85Kt4
VA Press : Sonia Rolland va signer un documentaire sur le Rwanda: Sonia Rolland, ancienne Miss France, commence au Rwanda le t… https://t.co/ko2KTCDF89
VA Press : Automédication : sans ordonnance ne veut pas dire sans risque: Une étude du magazine 60 millions de consommateurs a… https://t.co/zVO8OTYnFl
VA Press : La ferme des 1000 vaches https://t.co/4qt6gZrlia