Carnets du Business


           

Le chèque, moyen de paiement en voie de disparition?




Mardi 25 Octobre 2016


Le chèque semble être est une exception française, boudé par beaucoup de banques ainsi que les pouvoirs publics. Pourtant, le chèque n’est pas prêt de disparaître.



Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
« Cher, obsolète, pas assez fiable : le chèque est voué à disparaître depuis des années, notamment sous l'impulsion des pouvoirs publics. Et pourtant, il résiste, plébiscité par ses inconditionnels, en particulier les entreprises », explique un article en ligne du Point, d’après une dépêche AFP.
 
« Quatrième moyen de paiement en Europe, le chèque est une exception française », poursuit l’article, qui ajoute qu’en 2013, « près de 71 % des chèques émis dans l'Union européenne l'ont été en France. Un Français utilise en moyenne près de 37 chèques par an, contre 11 pour un Anglais et moins de un (0,38) pour un Allemand, indiquait le ministère des Finances dans un rapport en 2015. »

« En finir avec le chèque »

Cependant, « son utilisation décroît régulièrement, en moyenne de 4 à 5 % par an. Selon les données de la Banque de France, en 1975, le chèque représentait 75 % des paiements contre 12 % en 2014. »

Depuis 2010, les pouvoirs publics ont multiplié les initiatives afin de définir une stratégie pour « accompagner le développement de nouveaux moyens de paiement » et, selon un acteur bancaire « en finir avec le chèque qui coûte trop cher à tout le monde ».

Et « les mesures œuvrant en ce sens ont fleuri ces trois dernières années : obligation de paiement des notaires par virement au-delà de 3 000 euros, plafonnement du paiement par chèque de créances publiques limité à 300 euros, généralisation progressive des paiements dématérialisés à destination du secteur public. »

Toutefois, « les attaques frontales contre le chèque ne semblent pas faire recette. Fin septembre, les députés ont rétabli, contre l'avis du gouvernement, la durée de validité du chèque à 12 mois alors que le projet de loi Sapin 2 prévoyait de la réduire à six mois à partir de juillet 2017. »
 
Lire l’intégralité de l’article du Point ici.

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Harcèlement « quelque chose est en train de se passer » dit Brigitte Macron: En déplacement dans une école lundi...… https://t.co/pRxaMLDzO5
VA Press : A Paris, lancement de l'"Université du Bien Commun": La Fondation "France Libertés",... https://t.co/p1xxSxbpQ8 https://t.co/zgZROEej3Y
VA Press : Le groupe RATP inaugure un centre de formation dédié à l'apprentissage: "Par ce nouvel... https://t.co/gGvEJLCi1v https://t.co/M4gHL1yWjo
VA Press : "Daech ; l'arme de la communication dévoilée". Analyse à la veille de la chute proche et probable du califat. https://t.co/m8mxIygkO1
VA Press : Une politique familiale ni solidaire, ni responsable ?: Lors de la campagne électorale... https://t.co/X8rzlsLN2O https://t.co/7pgMwKanJt