Carnets du Business


           

Cession d’une entreprise, l’obligation d’informer les salariés




Lundi 27 Octobre 2014


A partir du 1er novembre, les employeurs des entreprises de moins de 250 salariés sont dans l’obligation d’informer les salariés de leur décision de céder leur société. Sur le Cercle des Echos, Xavier Berjot, avocat, détaille les principes de cette loi qui « pose bien des questions ».



DR eureka-consulting.fr
DR eureka-consulting.fr
Voilà une loi qui est presque passée inaperçu. Votée le 31 juillet 2014,  le texte prévoit que les employeurs de sociétés de moins de 250 salariés soient dans l’obligation d’informer le personnel de la décision de cession de la société. Alors que cette loi va entrer en application le 1er novembre, un avocat chroniqueur pour le Cercle du quotidien Les Echos propose un décryptage de ce texte et des interrogations qui accompagnent son entrée en vigueur.

Le texte signé Xavier Berjot, avocat commence par expliquer le fondement de cette nouvelle loi. L’auteur liste les conditions d’application et les exceptions avant de revenir sur les grandes lignes du texte. Ainsi, trois types de cession sont concernés par la mesure : « cession du fonds de commerce (C. com. art. L. 141-23 et L. 141-28) » ; « participation représentant plus de 50 % des parts sociales d'une société à responsabilité limitée ou d'actions ou valeurs mobilières donnant accès à la majorité du capital d'une société par actions (C. com. art. L. 23-10-1 et L. 23-10-7) » ; « d'une participation dans une société soumise à une réglementation particulière prescrivant qu'une partie de son capital soit détenue par des associés ou actionnaires répondant à certaines conditions en termes notamment de qualification professionnelle. »

 Par ailleurs, « les dispositions légales ne sont pas très précises s’agissant des modalités de l’information due aux salariés.Ceux-ci doivent, au minimum, être informés de la cession envisagée par l’employeur et de leur possibilité de présenter une offre de rachat (C. com. art. L. 141-23, L. 141-28, L. 23-10-1 et L. 23-10-7).L’information peut être effectuée par tout moyen qui sera précisé par voie réglementaire, de nature à rendre certaine la date de sa réception  » explique l’avocat.

Les « conséquences »

Pour terminer sa tribune Xavier Berjot note que « l’employeur doit désormais informer son personnel, tous les 3 ans, sur les possibilités de reprise d’une société. L’information porte sur les conditions juridiques d’une telle reprise, ses avantages et difficultés, ainsi que sur les dispositifs d’aide éventuels. » Evolution qui ne semble pas s’inscrire dans le choc de simplification du gouvernement.

Jean Camier





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Management : le grand retour du réel: Les utopies sont illusoires, et les théories managériales en vogue sont utopi… https://t.co/luIf334yZ5
VA Press : OMS : "toute infection prévenue est un traitement antibiotique évité": Cette année, à l'occasion de la Semaine mond… https://t.co/eCtBr85Kt4
VA Press : Sonia Rolland va signer un documentaire sur le Rwanda: Sonia Rolland, ancienne Miss France, commence au Rwanda le t… https://t.co/ko2KTCDF89
VA Press : Automédication : sans ordonnance ne veut pas dire sans risque: Une étude du magazine 60 millions de consommateurs a… https://t.co/zVO8OTYnFl
VA Press : La ferme des 1000 vaches https://t.co/4qt6gZrlia