Carnets du Business


           

Smoovengo confirmé à la gestion des Velib’ pour quinze ans




Vendredi 5 Mai 2017


Le tribunal administratif de Paris a rejeté le recours de JCDEcaux qui s’opposait à la décision de changer de gestionnaire des Velib’. La PME de Montpellier Smoovengo est donc confirmée à la tête de ce système pour une durée de dix ans.



ILD
ILD
JCDecaux a perdu devant le tribunal administratif de Paris mais se pourvoit en cassation. Alors que la régie publicitaire était aux commandes des Vélib’ de Paris depuis leur lancement en 2007, c’est désormais la PME Smoovego qui reprend le flambeau. « Une heure plus tard, le syndicat métropolitain a indiqué dans un communiqué que sa présidente, Marie-Pierre de La Gontrie, signerait dès ce vendredi ce contrat avec Smoovengo, dont le montant est estimé à 600 millions d'euros. Ce groupement qui comprend notamment la start-up Smoove et Indigo, le gestionnaire de parkings, n'a pas manqué de saluer cette décision dans un communiqué » raconte Le Figaro.
 
La PME basée à Montpellier s’est félicitée de cette décision et a annoncé que dès le début de l’année  2018, les vélos seront mis à la disposition des usagers. Ajoutant que ces vélos seront même « les plus innovants du monde ».
 
« Cette décision est un coup dur pour JCDecaux, qui gère des systèmes de vélos en libre-service dans 70 villes dans le monde. Concrètement, les trois juges du tribunal administratif ont écarté les arguments avancés par JCDecaux, estimant notamment que l'appel d'offres remporté par Smoovengo ne devait pas «prévoir expressément (…) la reprise des salariés» employés actuellement par Cyclocity France, la filiale de JCDecaux qui gère le Vélib' » rapporte le quotidien français.
 
JCDecaux avait par ailleurs dénoncé l’implication du frère du patron de Smoovengo dans la préparation du cahier des charges, insinuant que les dés étaient pipés. Le tribunal a rejeté l’accusation estimant que le frère du patron de la PME n’avait pas influencé la procédure. « Néanmoins, JCDecaux ne s'avoue pas battu. Dans cette affaire, le groupe va se pourvoir en cassation devant le Conseil d'État. Il faudra attendre entre trois et six mois pour que la plus haute juridiction administrative rende son arrêt. Cette procédure n'est pas suspensive » conclue Le Figaro.

Joseph Martin

Dans cet article : JCDecaux, Le Figaro, Smoovengo, Velib'




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Management : le grand retour du réel: Les utopies sont illusoires, et les théories managériales en vogue sont utopi… https://t.co/luIf334yZ5
VA Press : OMS : "toute infection prévenue est un traitement antibiotique évité": Cette année, à l'occasion de la Semaine mond… https://t.co/eCtBr85Kt4
VA Press : Sonia Rolland va signer un documentaire sur le Rwanda: Sonia Rolland, ancienne Miss France, commence au Rwanda le t… https://t.co/ko2KTCDF89
VA Press : Automédication : sans ordonnance ne veut pas dire sans risque: Une étude du magazine 60 millions de consommateurs a… https://t.co/zVO8OTYnFl
VA Press : La ferme des 1000 vaches https://t.co/4qt6gZrlia