Carnets du Business


           

Améliorer l'apprentissage et la qualité de l'éducation à travers l'utilisation des langues et des cultures africaines




Dimanche 17 Janvier 2010


Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, accueille, du 20 au 22 janvier 2010,
une conférence sur l'intégration des langues et des cultures africaines dans
l'éducation à laquelle 26 pays du continent prendront part.
Organisée conjointement par l'Association pour le développement de l'éducation en Afrique
(ADEA), l'Institut de l'UNESCO pour l'apprentissage tout au long de la vie (UIL) et le
ministère burkinabé de l'Enseignement de base et de l'Alphabétisation, cette conférence sera
l'occasion d'un dialogue entre les ministères africains de l'éducation, les professionnels,
experts et chercheurs de ce secteur ainsi que les partenaires au développement sur les enjeux
politiques et techniques liés à l'introduction de réformes en faveur de politiques éducatives
multilingues utilisant les langues et les cultures africaines. (15/01/10 - APO)



L'utilisation des langues africaines comme vecteur de l'instruction est reconnu comme étant
un facteur essentiel d'une éducation de qualité en Afrique. En effet, l'inefficacité scolaire,
qu'attestent les taux élevés d'abandon et de redoublement parmi les apprenants, est liée, dans
une large mesure, au fait que les enfants doivent apprendre à lire, acquérir des connaissances
et passer des examens dans une langue que souvent ils ne maîtrisent pas, ni ne pratiquent.
Une étude de 2005, commandée par l'ADEA, l'UIL et la GTZ et présentée à une conférence
à Windhoek (Namibie) sur l'enseignement en langues locales et l'éducation bilingue, a
montré la nécessité de promouvoir l'éducation multilingue pour améliorer les résultats de
l'apprentissage et l'efficacité des systèmes éducatifs africains. Sur la base des conclusions de
la conférence, un guide d'orientation des politiques a été élaboré.

A Ouagadougou, les participants échangeront sur les enseignements tirés des pratiques
concrètes visant à promouvoir et à mettre en oeuvre des politiques efficaces d'éducation
multilingue. Ils approfondiront les leçons apprises dans le but d'améliorer la compréhension
des conditions de réussite.

La conférence traitera des défis relevant à la fois de la volonté politique, de l'expérience
technique et du développement des capacités pour l'introduction de la réforme, importante
mais nécessaire, des politiques et pratiques concernant l'utilisation des langues africaines
dans l'éducation et par conséquent de l'amélioration de la qualité de l'éducation pour tous en
Afrique. Il s'agit aussi de contribuer à la réalisation des objectifs du Plan d'action de l'Union
africaine pour la Deuxième décennie de l'Education en Afrique.

La conférence sera divisée en deux parties. Un atelier d'une journée pour les experts se
concentrera sur les défis et principes directeurs pour le développement et la mise en oeuvre
des politiques d'enseignement par les langues. Parmi les questions abordées figureront : les
cadres légaux et les politiques ; le plaidoyer, notamment en direction au niveau des
communautés ; le renforcement institutionnel et le développement des capacités ; l'évaluation
des résultats de l'apprentissage ; les curricula et la formation ; la recherche. Les
recommandations de la réunion des experts seront ensuite présentées aux ministres pour leur
validation.

Le principal résultat attendu de la rencontre est l'adoption d'un guide des politiques – qui sera
ensuite diffusé et publié - sur la mise en oeuvre de réformes visant l'éducation multilingue et
l'utilisation des langues africaines comme langues d'instruction.

Outre le Burkina Faso, les pays suivants, invités aux niveaux ministériel et technique, sont
attendus à la conférence : l'Afrique du Sud, l'Angola, le Bénin, le Botswana, le Cameroun, le
Congo, la Côte d'Ivoire, l'Ethiopie, le Ghana, la Libye, Madagascar, le Malawi, le Mali, l'Ile
Maurice, le Mozambique, la Namibie, le Niger, le Nigéria, l'Ouganda, la République
centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad et la
Zambie.

Les Cdb




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Le bien-être des citoyens dépend il de l'intégration interculturelle ? Une étude révèle que les le bien-être et la… https://t.co/wMvIND9ePm
VA Press : Le prix Lucas Dolega remis au photojournaliste Narciso Contreras La Ville de Paris a remis le Prix Lucas Dolega au… https://t.co/5bXqdh8tMg
VA Press : Pub et sexisme : des marques s’engagent à arrêter les clichés Vingt-huit marques s’engagent à lutter contre les cli… https://t.co/rRCH67bDWM
VA Press : Le cinéma d'animation, un joyau charentais Angoulême a tenu la dragée haute aux premiers Emile Awards le 8 décembre… https://t.co/HnLTmhVppd
VA Press : Ibuprofène, des risques pour la fertilité masculine D’après une étude scientifique publiée dans Proceedings of the… https://t.co/8WXNLFJBcj