Carnets du Business


           

Réformisme et esclavage à Cuba (1835/1846)




Samedi 23 Janvier 2010


Karim Ghorbal est titulaire d'un doctorat en Etudes Hispaniques et Latino-Américaines (Paris III – Sorbonne Nouvelle). Sa thèse a été récompensée par le Prix "Mémoires de l'esclavage" en 2007. Il enseigne actuellement à l'Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis – Université El Manar. Ses recherches portent sur l'histoire coloniale de Cuba, l'esclavage, l'historiographie, l'identité et le post-colonialisme. Il publie "Réformisme et esclavage à Cuba"



Réformisme et esclavage à Cuba (1835/1846)
Penser les idées qui condamnent la traite négrière en termes de pure philanthropie restreint considérablement l'analyse que l'on peut tirer de l'avènement de celles-ci. Mésestimer l'influence d'un réseau de facteurs politiques (qu'ils soient nationaux ou internationaux), économiques, sociaux, moraux, pour comprendre le progressisme apparent et les non-dits sur lesquels il repose, mais aussi les freins et replis auxquels il a dû faire face, consisterait à oblitérer, naïvement et dangereusement, des pans d'analyse indispensables à la pleine compréhension de ces mouvements, de leur essor à leur impossibilité. Un confinement auquel se soustrait la présente thèse de Karim Ghorbal, portant sur le réformisme défendu par certains acteurs créoles cubains au cours de la décennie 1835-1845.

Replaçant les principaux protagonistes dans un contexte mondial marqué par l'essor de la Révolution Industrielle et les dernières palpitations de l'empire colonial espagnol, dans une société stratifiée où la part des esclaves est écrasante et où les révoltes grondent, ne les dégageant jamais des intérêts qui étaient les leurs, le chercheur élabore une réflexion nuancée et iconoclaste sur les soubresauts qui ont marqué la vie cubaine de la moitié du XIXe siècle.

Mettant en exergue les ambiguïtés et les paradoxes de l'élite réformiste de Cuba, tout en soulignant ses conflits avec d'autres classes, terrorisées à l'idée de perdre leur suprématie, la thèse, époustouflante de précision et d'acuité, de Karim Ghorbal explore les lignes de faille d'une société esclavagiste qui arrivait à bout de souffle, divisée entre inertie et progressisme. Relevant d'une critique acérée et intransigeante, hostile à toute glorification ou hagiographie, mais soucieuse de déceler les tensions et remous qui se sont propagés à la Perle des Antilles, elle impressionne par sa rigueur impeccable.

Parcourez les premières pages de l'ouvrage


CONTACTS PRESSE :
KALIMA – Tifenn Castrec – Tygénia Saustier – +33 (0)1 44 90 02 36 - tcastrec@kalima-rp.fr
PUBLIBOOK – Marilyne Efstathopoulos - +33 (0)1 53 69 65 55 - presse@publibook.com



(18/01/2010 - Categorynet / Publibook)


Les Cdb




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Arabie Saoudite : le sport comme levier d’émancipation pour les femmes Alors qu’elles sont sur le point d’obtenir l… https://t.co/TKJ7UMkymY
VA Press : Les journalistes de l’affaire Weinstein récompensés par le Pulitzer Les journalistes du New York Times et New Yorke… https://t.co/3YJx38HuB0
VA Press : Nathalie Baye au secours des grands singes menacés Plusieurs personnalités dont Nathalie Baye ont décidé d’utiliser… https://t.co/rXrPeKijs9
VA Press : Se coucher tard, c’est avoir plus de chance de mourir D’après une étude britannique effectuée en analysant un demi-… https://t.co/EzyUBr4to0
VA Press : « Les aliments qui empoisonnent » : l’alerte de 60 millions de consommateurs La revue 60 millions de consommateurs… https://t.co/CRvLK7tV1j