Carnets du Business


           

​Le choc pétrolier vers lequel on se dirige est pour 2020




Vendredi 10 Mars 2017


Dans son rapport annuel l’Agence internationale de l’énergie (AIE) confirme l’analyse de nombreux observateurs en annonçant qu’un choc pétrolier devrait avoir lieu si la production de pétrole continue à baisser et que la demande reste sur sa lancée. Selon l’AIE, juste après 2020, les prix risquent de flamber.



ILD
ILD
Que se passe-t-il quand la production baisse de manière continuelle et que la demande continue à augmenter ? Tôt ou tard, répondrait n’importe quel élève en économie au Lycée, les prix vont exploser. C’est peu ou prou ce que déclare l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans son rapport annuel sur l’évolution du marché du pétrole dans les prochaines années.

La démonstration est simple, la baisse du prix de pétrole a provoqué la baisse des investissements dans le secteur. L’offre devrait se maintenir encore quelques années avant de finalement être dépassée par la demande et ainsi provoquer un choc pétrolier peu après 2020, estime l’AIE. « Depuis la chute des cours, tombés de 114 dollars (108 euros) mi-juin 2014 à 55 dollars, les compagnies nationales ont légèrement diminué leurs capex, alors que les majors (ExxonMobil, Shell, BP, Total…) et les sociétés de taille moyenne taillaient dans leurs investissements à la hache – en priorité dans les projets les plus coûteux (offshore profond, sables bitumineux) » confirme Le Monde .
 
« L’Arabie saoudite, les autres pétromonarchies du golfe et la Russie ont finalement décidé de resserrer les vannes pour faire remonter les cours : 1,8 million de barils par jour (sur 95 millions) doivent être retirés du marché au cours du premier semestre ; les prix sont remontés et se stabilisent autour de 55 dollars. Même si l’agence rechigne à prévoir les cours, elle estime que le baril s’établira entre 50 et 60 dollars dans les cinq prochaines années, avec des périodes de forte volatilité » ajoute le quotidien, plantant ainsi le décors d’un secteur où les acteurs peinent à jouer collectif.
 
Pour autant, l’AIE estime qu’il n’est pas trop tard pour empêcher cette situation si des projets et investissements sont engagés rapidement par les entreprises.

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche





L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Hanouna & Co : l’heure de toucher à son poste pour l’éteindre est venue Télé Star a publié le classement des ci… https://t.co/S5DnDdHipa
VA Press : Une équipe lilloise sur la piste d'un nouveau traitement sur l'obésité Une équipe de recherche associée à l'univers… https://t.co/Tr9W2JEpng
VA Press : Le bien-être des citoyens dépend il de l'intégration interculturelle ? Une étude révèle que les le bien-être et la… https://t.co/wMvIND9ePm
VA Press : Le prix Lucas Dolega remis au photojournaliste Narciso Contreras La Ville de Paris a remis le Prix Lucas Dolega au… https://t.co/5bXqdh8tMg
VA Press : Pub et sexisme : des marques s’engagent à arrêter les clichés Vingt-huit marques s’engagent à lutter contre les cli… https://t.co/rRCH67bDWM