< head > < /head >
Carnets du Business


           

​SNCF, semaine sous haute tension




Lundi 12 Mars 2018


La phase deux du bras de fer entre le gouvernement et les syndicats s’ouvre cette semaine. Mercredi le gouvernement va étudier en Conseil des ministres le projet de réforme avec la stratégie et notamment la méthode qui sera adoptée. Jeudi les syndicats vont se réunir pour parler du sujet tandis que la direction du groupe va dévoiler son plan interne.



ILD
ILD
La moindre accroche, le moindre détail sur le fond ou sur le calendrier peut être l’étincelle d’un conflit social important. Le dossier de la réforme de la SNCF est délicat et devrait être un des points de fixation des prochains mois. Cette semaine déjà la tension devrait monter d’un cran avec une présentation du projet en Conseil des ministres (mercredi). Ce sera l’occasion d’aborder le cadre du projet de loi. Le lendemain, ce sont les syndicats qui vont se retrouver pour parler grève à a fin du mois. Au même moment la direction du groupe va annoncer son projet de refondation stratégique.
 
« Cette concentration des événements rappelle que le gouvernement veut aller vite sur ce dossier, alors que les concertations avec les syndicats n’ont démarré que le 1er mars. Les représentants des salariés sont d’ailleurs ressortis plutôt déçus des premiers rendez-vous » note très justement 20 Minutes. Une réforme à grande vitesse qui va certainement se transformer en conflit social important, si l’on en croit les déclarations des syndicats notamment à propos du statut de cheminot. « L’exécutif souhaite que ce statut, apparu il y a plus de 100 ans, ne soit plus accordé aux nouveaux embauchés. Les cheminots actuels garderaient en revanche le statut, et ce jusqu’à leur retraite. Un compromis insuffisant pour les syndicats » continue le gratuit.
 
Alors que l’opinion publique est un enjeu pour les trois parties concernées, la SNCF et le gouvernement cherche à faire pression sur les syndicats en laissant entendre qu’un fort mouvement de grève ne fera pas avancer leur cause, ni reculer le gouvernement. « S’appuyant sur l’argument du débat d’idées, la CGT-Cheminots a donc présenté la semaine dernière son « contre-projet » de transformation de la SNCF. Le syndicat demande la reprise de la dette de l’entreprise (45 milliards d’euros environ) par l’État, via une «  structure de défaisance » (aussi appelée « bad bank »). Loin d’être original, le procédé a déjà servi pour éponger les dettes du Crédit Lyonnais, ou plus récemment, d’Areva » rapporte 20 Minutes. Une troisième voie que les événements de la semaine vont rapidement évacuer…

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Dépression post-partum : le poids de la douleur Une étude fait le lien entre la douleur ressentie après l’accouchem… https://t.co/iK5FckAfPI
VA Press : Mieux manger c’est lutter contre la dépression Une étude de l’Inserm et de chercheurs de l’université de Montpellie… https://t.co/sqWgiisv3J
VA Press : Le Français progresse en chiffre mais pas en proportion 300 millions de personnes parlent français dans le monde, c… https://t.co/6eDrz0AZML
VA Press : Cancer du sein : les astuces pour éviter la prise de poids Le cancer du sein est une épreuve suffisamment compliqué… https://t.co/mwWbgihhIh
VA Press : Une application utilise l’espace pour diminuer le nombre d’accidents de voitures Quatre associés du Sud de la Franc… https://t.co/mww2SKUGR6