Carnets du Business


           

A Davos, Emmanuel Macron veut incarner un libéralisme responsable




Vendredi 26 Janvier 2018


Le président Français a fait de son discours à Davos un plaidoyer pour la France et le regain de compétitivité du pays. Alors que pendant des années Davos était mal vu par les présidents français, Emmanuel Macron assume sa présence et cherche à défendre une vision responsable du libéralisme.



DR YouTube de Davos
DR YouTube de Davos
« Equilibriste », estime le magazine Challenges en commentaire de l’intervention d’Emmanuel Macron à Davos. Le président français a beaucoup misé sur ce discours pour marquer les esprits et envoyer un message qu’il a explicité en toute modestie « France is back ». La même semaine que le sommet « choose France » organisé à Versailles, il a assumé sa position de premier communicant pour la France.
 
D’abord en anglais puis en français, il a commencé par affirmer que la France se réformait pour être compétitive. Une première partie très pro business qu’il s’est empressée de modérer ensuite dans la partie française du discours. « Emmanuel Macron a longuement dénoncé une mondialisation "qui traverse une crise majeure" à cause d'Etats qui jouent sans limite chacun "leur propre approche". Et de réclamer dans tous les domaines des "stratégies coordonnées". "La France était très décalée par rapport au reste de l'Europe car elle était très au-dessus de la moyenne européenne" en termes de fiscalité. Et si on accroît les impôts "les talents s'en vont" » rapporte Challenges.
 
Assumant une position de social libéralisme, il a dénoncé la tendance à chercher à être compétitif à tout prix : « la dynamique est d'expliquer aux gens que la bonne réponse c'est d'en faire toujours moins, de baisser nos impôts (…) Il n'y a pas de limites. Race to the bottom (la course vers le bas). Sur le social, c'est pareil (…) Quand on regarde le droit social, le fiscal, ces sujets qui fondaient le coeur d'un Etat, nous avons un affaiblissement continu" » a-t-il ajouté.

Enfin, il a invité les entreprises à la responsabilité fiscale en estimant que l’optimisation fiscale « à tout crin » était une des causes de la méfiance des classes moyennes concernant la mondialisation. Selon lui, une coopération internationale accrue doit permettre de faire en sorte que les multinationales paient des impôts.

Lire l’intégralité du compte-rendu du discours de Davos sur le site du magazine Challenges
 

Joseph Martin

Dans cet article : Challenges, Davos, discours, forum




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Cancer de la peau : les parents protègent bien leurs enfants mais s'oublient Le gendarme français de la concurrence… https://t.co/AHTkJW3sck
VA Press : Le droit de vote restera garanti pour les personnes handicapées Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat chargée des person… https://t.co/Iy6mrHQ4oz
VA Press : Oui, rappelons-le, le Paracétamol peut être dangereux pour la santé Le triste fait-divers de Naomi Musenga qui est… https://t.co/ipufb8Mrlq
VA Press : Construire sa maison : bois et écologie font-ils bon ménage ? Souvent présenté par ses promoteurs comme un matériau… https://t.co/I4qIoo1swL