Carnets du Business


           

À l’Élysée, François Hollande et Angela Merkel renouvellent leur promesse d’une taxe sur les transactions financières




Jeudi 20 Février 2014


Le mercredi 19 février 2014 s’est tenu, en France, le 16e conseil des ministres franco-allemands. De cette réunion du personnel politique français et allemands, on retiendra notamment les déclarations faites au sujet de la taxe sur les transactions financières.



Photo : Remi Mathis
Photo : Remi Mathis
La visite d’Angela Merkel à l’Élysée le 19 février a notamment été l’occasion d’aborder un sujet de fond pour le monde économique depuis la crise de 2008. L’enjeu de la taxe des transactions financières est en effet d’encadrer la spéculation, qui s’est avérée être l’un des principaux vecteurs de propagation de la dernière crise économique mondiale.
 
Angela Merkel a déjà eu l’occasion de s’entretenir au sujet de cette taxe avec un président français. En 2011 en effet, le dossier était déjà d’actualité et le couple franco-allemand avait surfé la vague initiée par la Commision européenne. Cette dernière proposait à l’époque un prélèvement de 0,1 % sur la valeur des actions et obligations échangées et un autre de 0,01 % sur celles des produits dérivés. Mais à l’époque le projet n’avait pas abouti, faute du soutien de Londres et d’un accord sur l’utilisation qui serait faite des fruits de ce nouvel impôt.
 
Le consensus n’ayant pas permis d’aboutir à une avancée fiscale à l’échelle du continent, les pays volontaires se sont donc lancés depuis dans la rédaction d’un nouveau texte de coopération fiscale dont les premiers éléments ont été présentés au début de l’année 2013.  À cet égard, la France et l’Allemagne se sont mises d’accord sur un certain nombre de points. La concrétisation de cette taxe serait « un signal important », démontrant « la responsabilité économique et sociale » des acteurs de la finance ainsi que l’a déclaré Angela Merkel le mercredi 19 février. François Hollande a quant à lui réaffirmer la volonté « d’aboutir avant les élections européennes ».
 
Mais si les ténors du concert européens se montrent d’accord sur le principe d’une taxe sur les transactions financières, des points d’achoppement persistent depuis 2011. La question de l’affection des recettes de la taxe divise encore par exemple. Berlin ne souhaite ainsi pas trancher la question. Mais le point technique qui paraît le plus urgent à élucider est à n’en pas douter la question du taux d’imposition. Paramètre crucial s’il en est, il doit encore faire l’objet de sérieuses discussions dont l’issue permettra se prononcer sur l’avenir de la spéculation en Europe.

La rédaction





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Salmonelle chez de jeunes enfants : extension des mesures de retraits des laits infantiles concernés Le 2 décembre… https://t.co/TCkXfJOAJG
VA Press : Réduire la teneur en sucre, le nouveau défi de la filière alimentaire Dans une nouvelle étude, l'OMS cherche à savo… https://t.co/sfsJI45Klj
VA Press : Corse, la nouvelle collectivité sur le chemin de l’autonomie ou de l’indépendance La liste nationaliste corse « Pè… https://t.co/3dUGc5RTIB
VA Press : Oui à la protection des enfants sur Internet ! Le Chef de l'État a déclaré samedi l'égalité femmes-hommes « grande… https://t.co/BhvVAo7YLt
VA Press : Zoom sur la parentalité étudiante La diffusion des méthodes modernes de contraception et la possibilité d'interromp… https://t.co/MMu6Oi2VMt