Carnets du Business


           

Airbus et Boeing : Avec son C919, la Chine fera un premier pas vers l’indépendance




Vendredi 15 Mars 2019


La livraison des premiers moyens courriers fabriques en Chine est prévue pour dans deux ans. Les C919 seront la première étape vers l’indépendance du pays vis-à-vis des deux avionneurs Airbus et Boeing. L’objectif reste cependant lointain puisque l’avion sera construit avec des pièces fabriqués à l’étranger.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
La centaine de milliards de Yuans (quinzaine de milliards d’euros) investis par la Chine dans le développement d’avions locaux n’ont pas été vains. L’affaire du Boeing 737 Max de l’Ethiopian Airlines a une fois de plus montrer l’impatience de la Chine à se défaire de sa dépendance vis-à-vis des deux gros avionneurs Airbus et Boeing. « Lundi 11 mars, un jour avant l’Europe et la France, Pékin a annoncé l’interdiction de vol du Boeing 737 MAX. La décision chinoise est un coup dur pour l’avionneur américain : le pays représente un cinquième des commandes mondiales pour cet appareil, avec 76 avions livrés à des compagnies chinoises, et 104 commandés, d’après les chiffres du constructeur américain. Mais elle révèle la dépendance continue des compagnies chinoises au duopole Boeing-Airbus, pour les long et moyen-courriers, malgré les efforts du pays pour développer ses propres appareils. En 2014, le président chinois Xi Jinping avait pourtant souligné l’importance de produire des avions chinois, afin de ne de pas être « à la merci des autres » » rappelle Le Monde .

Véritable serpent de mer, les premiers appareils de l’avionneur Comac se font encore attendre. La société chinoise assure désormais que les premières livraisons sont prévues pour 2021. Il s’agira d’un moyen courrier qui s’appellera C919. « L’appareil, un moyen-courrier conçu pour transporter jusqu’à 168 passagers sur 5 500 kilomètres, viendra concurrencer la gamme des A320 d’Airbus et des 737 de Boeing. De quoi profiter du développement des liaisons aériennes en Chine : le pays devrait devenir le premier marché mondial pour l’aviation entre 2022 et 2024. Mais l’opportunité commerciale est presque secondaire. Le projet du C919, surnommé « le grand avion chinois », est un symbole de l’émergence technologique du pays. Et un défi d’ingénierie, qui montre les limites des progrès chinois » poursuit le quotidien français.

D’autant que le calendrier officiel ne sera pas forcément respecté. Comme le rapporte Le Monde, même dans les organes officiels de propagande le président de l’avionneur chinois reconnaissait le fossé technologique qui le sépare des deux grands acteurs du secteur. Les premiers appareils seront d’ailleurs fabriqués en conçus en Chine mais pour grande partie équipé de technologies et composants occidentaux.

Elisabeth Reault




Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook










2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter