Carnets du Business


           

Assistant vocal et achats en ligne : Amazon ne parvient pas à convaincre




Vendredi 24 Août 2018


Amazon avait présenté son assistant vocal Alexa comme un outil de premier choix pour effectuer des courses en ligne. Quelques semaines après sa mise en circulation, une étude montre que seuls 2% des utilisateurs l’ont utilisées pour consommer en ligne.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Il y a un pas à franchir que peu de personnes effectuent. Alors que Amazon a fait la promotion de son assistant vocal sur la fonction achat en ligne, seulement 2% des utilisateurs l’ont utilisée, affirme une enquête de The Informattion. Un chiffre dérisoire qui en dit long puisque l’échantillon d’utilisateurs est très important avec 50 millions de propriétaires d’Alexa. Pire, sur les 2% qui ont acheté en ligne, a peine 10% ont retenté l’expérience. « Des chiffres particulièrement bas, quand certains, comme la firme OC & C Strategy Consultants, prédisent un marché de shopping vocal de l'ordre de 40 milliards de dollars d'ici 2022, contre 2 milliards aujourd'hui. Un rapport du cabinet d'analystes  RBC Capital Markets estime, lui, qu'Alexa pourrait générer autour de 5 milliards de dollars de revenus en commerce vocal d'ici 2020 » commentent Les Echos.

« Plusieurs analyses dénombrent cependant un usage plus courant du shopping vocal que celui relevé par les personnels contactés par The Information. Ainsi, la firme Voicebot.ai recensait, en mai 2018, 26 % d'utilisateurs de l'interface vocale effectuant un ou plusieurs achats, dans une  étude  menée auprès de 1.200 adultes américains » nuance le quotidien économique.

Ces données ne signifient pas pour autant que les acheteurs sont déçus par le produit mais qu’ils ne l’utilisent pas pour consommer. Les utilisateurs se cantonnent à des fonctionnalités plus basiques comme la commande à distance de musique, les infos ou la météo. Pour ce qui est des conclusions de cette observation, le journal Les Echos reste prudent « Ce début décevant peut être le signe d'un marché encore jeune, en plein développement et qui nécessite encore du temps avant d'être adopté par les consommateurs. Mais il peut aussi signifier une inadéquation avec les habitudes de consommations des utilisateurs, qui à moins d'avoir en tête le produit précis désiré - modèle, taille ou encore couleur comprise -, préféreront effectuer des comparatifs plutôt qu'acheter le premier produit proposé par leur enceinte connectée. »

Joseph Martin




Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook










2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter