< head > < /head >
Carnets du Business


           

Brexit : le sommet européen de novembre annulé faute de perspectives




Mercredi 17 Octobre 2018


L’Union européenne a annoncé que le sommet sur le Brexit n’aura pas lieu eu novembre comme prévu. Les responsables de l’UE estiment que tant que la Premier ministre britannique n’avait pas fait évoluer ses propositions, une rencontre n’a pas lieu d’être.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le sommet avait d’abord été prévu pour octobre avant d’être repoussé en novembre. Finalement il est repoussé sine die. L’Union européenne refuse l’idée d’un sommet tant que les prémices d’un accord n’ont pas été arrêtés. Derrière cette raison officielle, c’est surtout la volonté d’augmenter la pression sur Theresa May qui s’exprime. « Après la  rupture des négociations entre les deux parties, intervenue dimanche, l'Union européenne voulait tenter de repartir sur un bon pied avec Londres. Il s'agissait, tout en se préparant au scénario catastrophe d'un Brexit sans accord, d'afficher un volontarisme intact dans la négociation. C'est sur ce fragile équilibre que s'était positionnée Angela Merkel. Tout en jugeant que la possibilité d'un accord était « toujours là », la chancelière allemande avait prévenu que son pays avait commencé à se préparer à une séparation « sans accord » » racontent Les Echos.

La situation devient ubuesque pour le Royaume-Uni qui risque de se diriger vers une prolongation de cette situation d’entre-deux. « Beaucoup spéculaient, mercredi, sur la possibilité d'un allongement de la durée de cette transition, évoquée dans la négociation la semaine dernière. Celle-ci présentait l'avantage de donner plus de temps aux Britanniques pour négocier le cadre de leur relation future avec l'Union. Cela aurait diminué la probabilité de devoir déclencher le « backstop », ce filet de sécurité pour l'Irlande devenu le coeur de la bataille politique outre-Manche » lit-on plus loin.

Dans ce cas, Theresa May risque de poursuivre dans sa lancée en restant dans une situation d’instabilité politique. « Non seulement Londres serait obligé de prolonger un statut inconfortable qui consiste à suivre les réglementations européennes sans contribuer à leur élaboration. Mais il faudrait, en outre, convenir du chèque à payer pour cette prolongation, intervenant lors du  prochain budget pluriannuel européen. Un gigantesque casse-tête en perspective. En réalité, si les Européens sont prêts à envisager des adjuvants pour aider à trouver un compromis, ils n'envisagent pas d'aller plus loin sur le fond », ajoutent Les Echos.

Joseph Martin

Dans cet article : Brexit, négociation, sommet UE, Theresa May



Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE





2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter