< head > < /head >
Carnets du Business


           

Ca va mal pour General Electric, exclu du Dow Jones




Jeudi 21 Juin 2018


Le géant américain de l’électricité General Electric vient d’être exclu de l’indice roi de Wall Street le Dow Jones Industrial Average (DJIA) qui doit représenter l’économie américaine. Un coup dur pour l’électricien qui accumule les déconvenues depuis deux ans.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay

Faire partie du Dow Jones c’est être un poids lourd de l’économie américaine. Cet équivalent états-unien du CAC 40 qui rassemble trente entreprises qui sont sensées représenter l’économie du pays vient d’annoncer l’exclusion de General Electric. Le coup est difficile à encaisser pour le géant de l’électricité. Le comité du Dow Jones Industrial Average (DJIA) s’est en effet réuni et a décidé de remplacer GE par la chaine de magasins Walgreens Boots Alliance dans ce club très fermé. Une décsion d’autant pus marquante que le comité a rappelé par communiqué que General Electric faisait partie des premiers membres du DJIA en 1896 et ne l’avait pas quitté depuis 1907.   

« Depuis l'économie américaine a changé : les entreprises des secteurs de la consommation, de la finance, de la santé et de la technologie sont désormais plus en vue et l'importance des entreprises du secteur industriel s'est amoindrie » a commenté le représentant de ce comité cité par le texte. Cette exclusion est un mauvais coup surtout parce qu’elle fait perdre une visibilité qui est cruciale dans le monde de la finance. Maitre du monde de l’énergie à l’époque du charbon, le groupe a annoncé bien tard un virage vers de nouvelles énergies et en paye aujourd’hui le prix.

« Affecté par le ralentissement des marchés de l'énergie traditionnelle, notamment le gaz et le charbon, le groupe avait annoncé en 2017 un plan de restructuration prévoyant 20 milliards de dollars de cessions d'actifs. L'entreprise, qui a acquis la branche énergie d'Alstom en 2014, a aussi récemment renoncé à son engagement de créer un millier d'emplois d'ici fin 2018 en France. Son titre valait 60 dollars à son apogée en 2000 et évoluait encore à plus de 30 dollars mi-2016. Il a terminé la séance de mardi à 12,95 dollars et, dans les échanges électroniques suivant la clôture, il perdait 1,70% » rapporte BFM Business.







Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Retraite décente, un combat majeur pour les femmes En France deux femmes sur trois s’inquiètent de ne pas avoir les… https://t.co/Jw1Ls3r26I
VA Press : Géant du théâtre et voix inoubliable : Jean Piat est mort Mardi 18 septembre Jean Piat est mort à l’âge de 93 ans.… https://t.co/dUccvYmb3C
VA Press : Patrimoine marseillais : la fausse victoire de la ministre de la Culture Par communiqué, la ministre de la Culture… https://t.co/VR3avs967C
VA Press : Non les billets pour Al Pacino ne sont pas trop chers La presse s’est empressée d’aller chercher sur Twitter des me… https://t.co/KhOCz0wssv
VA Press : La drôle de boutique qui ouvre à l’Elysée Des goodies kitch en produits dérivés de l’Elysée ont été révélés à l’occ… https://t.co/vUB253ZggF