< head > < /head >
Carnets du Business


           

Chine, ralentissement de l’activité manufacturière




Lundi 3 Novembre 2014


L’indice PMI des directeurs d’achat du secteur manufacturier chinois a enregistré une croissance en baisse. Ce ralentissement a surpris les observateurs qui s’attendaient à une stabilisation. D’après l’Agence Reuters, la baisse de la demande étrangère explique en partie cette situation.



La Chine a enregistré en octobre une baisse de la croissance de son secteur manufacturier. Ce ralentissement inattendu à fait descendre l’indice PMI officiel à son plus bas niveau depuis cinq mois. « L'indice PMI officiel des directeurs d'achat du secteur manufacturier s'est inscrit à 50,8 en octobre, après 51,1 en septembre mais reste au-dessus du seuil de 50 séparant contraction et expansion. Les analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un chiffre en hausse à 51,2 » rapporte l’agence de presse qui a publié une enquête détaillée  reprise par Les Echos sur ces chiffres et leur portée pour l’économie chinoise.

Demande étrangère

L’enquête de l’agence Reuters explique que la baisse de la demande étrangère est en grande partie responsable de la situation chinoise, cette dernière est en effet « tombée à son plus bas niveau depuis cinq mois » alors que « la demande intérieure à un plus bas de six mois. »

« L'enquête PMI montre aussi un fossé croissant entre PME et grandes entreprises : pour ces dernières, l'indice des directeurs d'achats a peu changé en octobre à 51,9 alors que celui des entreprises moyennes revenait à 49,1 et que celui des petites entreprises ressortait à 48,5. Comme dans de nombreux autres pays, les PME chinoises voient souvent leurs demandes de financements ignorées par les banques, ce qui les oblige à se tourner vers d'autres sources de capitaux, généralement plus onéreuses » continue Reuters.

Du côté de la réaction politique, les autorités chinoises ont déclaré qu’elles souhaitaient continuer à mettre en place une politique monétaire « accommodante ». Pour Pékin, la situation commence à être préoccupante puisque « la croissance de l'économie chinoise est revenue à 7,3% en rythme annuel au troisième trimestre, son plus bas niveau depuis la crise financière de 2008-2009, en raison notamment de la baisse du marché immobilier, qui alimente la faiblesse de la demande intérieure et de l'investissement. »
 

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter