< head > < /head >
Carnets du Business


           

Coupe du Monde : quels effets politico-économiques




Jeudi 12 Juillet 2018


La Coupe du Monde déchaine tellement les passions qu’elle a des effets sur la vie politique et économique. Alors que les observateurs estiment que les effets sur la consommation peuvent permettre plusieurs points de progression, la popularité du chef de l’Etat ne devrait pas forcément augmenter comme ce fut le cas pour Jacques Chirac en 1998.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Les plus rabat-joie des manageurs diront que la première conséquence a été la déconcentration voire l’arrêt du travail plusieurs après-midi du mois. Ce qui est certain c’est que la Coupe du Monde est tellement suivie et suscite tant d’excitation qu’elle ne peut pas être sans conséquences sur la vie économique et politique. La tendance à comparer avec 1998 est trompeuse dans la mesure où la France organisait la compétition, comme le montre Le Monde : « Peut-on alors prêter toutes les vertus – retour de la confiance, boom des naissances, envolée de la consommation et de la production – à une éventuelle victoire de la France, dimanche ? Rien n’est moins avéré. Ainsi, en 1998, si la consommation avait progressé de 3,8 %, contribuant pour les trois quarts à la croissance, cette hausse était surtout due à l’augmentation du pouvoir d’achat, à la reprise du marché automobile et à l’essor de la téléphonie mobile et de l’informatique. Plus marginalement à la Coupe, alors que l’Hexagone, à l’époque, était le pays hôte. »

Pour autant des effets sur la consommation sont observés et anticipés. Certains économistes estiment que la consommation pourrait augmenter de quelques dixièmes de points et ainsi apporter jusqu’à 0,1% de croissance en plus. « Un dixième de point de croissance en plus, ce n’est pas grand-chose, mais ce n’est pas rien non plus, puisque cela représenterait environ 2 milliards d’euros. Surtout, cette estimation, d’un dixième de point, sans données précises, reste passablement approximative » commente Le Monde.

Pour ce qui est de la vie politique, le premier effet de la Coupe du Monde a certainement été de complètement occulter les débats parlementaires sur la réforme de la Constitution. Par ailleurs, la popularité d’Emmanuel Macron pourrait elle remonter en cas de victoire ? Tout dépend évidemment de l’image qu’il renverra devant les plus de 20 millions de téléspectateurs qui seront devant leur télévision. Lors de la demi-finale, le plan quasi immédiat sur le président de la République à l’ouverture du score avait passablement agacé. Trop cousu de fil blanc, ce choix de réalisation alors que la célébration du but était encore en cours.
 

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter