Carnets du Business


           

Drivy racheté par son concurrent américain pour 300 millions de dollars




Jeudi 25 Avril 2019


La plateforme française de location de voitures entre particuliers Drivy a été rachetée par son concurrent américain Getaround. Une opération qui a pour objectif de devenir le numéro un du secteur.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
En rachetant le leader européen de la location entre particuliers, Getaround fait une belle opération. Pour récupérer le Français Drivy, la société américaine a mis 300 millions de dollars sur la table. « Fidèle à l'idéal de Getaround, celui d'un monde où tous les véhicules sont partagés, l'entreprise issue de la fusion couvre désormais 300 villes aux États-Unis et en Europe » explique le communiqué.

Le rachat d’une société qui propose les mêmes services permet d’accélérer sa croissance mais aussi de se débarrasser d’un concurrent qui aurait pu venir dans ses plates-bandes. « Getaround revendique désormais cinq millions d'utilisateurs et "élargit sa présence dans six pays européens : la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Autriche, la Belgique et le Royaume-Uni" soit 170 villes. "Nous sommes ravis d'unir nos forces à celles de Drivy pour nous rapprocher davantage de notre objectif : un monde dans lequel tous les véhicules sont connectés et partagés", a indiqué Sam Zaid, le fondateur et PDG de Getaround, cité dans le communiqué. Drivy s'adresse notamment à des propriétaires de véhicules qui choisissent de céder le volant de leur voiture à un inconnu pour mieux rentrer dans leurs frais » rapporte Le Point.

« A Lyon ou à Paris, il est par exemple possible de louer, via l'application pour smartphone ou le site internet, une petite citadine neuve pour une trentaine d'euros par jour en semaine et un peu plus de 40 euros le week-end. 30 % sont versés à Drivy pour les frais de gestion, d'assurance et d'assistance. La société, créée en France en 2010, propose depuis fin 2015 une technologie permettant de déverrouiller les portes du véhicule depuis son téléphone mobile pour en simplifier l'accès, évitant ainsi au propriétaire et au locataire de se rencontrer physiquement » rappelle le magazine. Un marché qui a encore de beaux jours devant lui tant les modes de vies citadins compliquent la vie des propriétaires de voitures.

Joseph Martin




Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook










2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter