Carnets du Business


           

En 2022, les taux des crédits immobiliers devraient augmenter




Jeudi 4 Novembre 2021


Après cinq années de baisse des taux de crédits immobiliers et une accélération de la tendance fin 2020, ce pourrait bien être la fin de cette baisse. « Meilleurstaux.com » table en effet sur une augmentation l’année prochaine.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le cycle de baisse progressive serait-il sur le point de s’achever ? C’est du moins ce que relève le site LePrêtImmobilier.com, s’appuyant sur les données de « Meilleurstaux.com »  : « Depuis 2016, la baisse des taux des crédits immobiliers ne cesse de se poursuivre. Et depuis le 1er octobre 2020, les taux ont même enregistré une baisse record de 40 points, note Meilleurtaux.com dans son 32ème observatoire du crédit immobilier. Le spécialiste du courtage observe désormais des taux moyens à 1,16 % sur 25 ans, 0,96 % sur 20 ans et 0,78 % sur 15 ans auprès de ses banques partenaires. Chez le courtier en crédit Capfi, les taux s’affichent à 0,45 % sur 10 ans, 0,63 % sur 15 ans, 0,79 % sur 20 ans et 1,01 % sur 25 ans, avec des baisses constatées sur l’ensemble des durées en septembre ».

S’ils sont une incitation importante à emprunter, ces taux arrivent à un stade où l’on voit mal comment ils pourraient aller plus bas, et même à ne pas remonter. « De son côté, l’Observatoire Crédit Logement/CSA relève un taux moyen de 1,05 % au troisième trimestre 2021 (toutes durées confondues, hors renégociations). Malgré le retour de l’inflation et des taux obligataires à 10 ans, qui sont de nouveau en territoire positif, le coût des crédits immobiliers n’a pas encore été impacté. En tout cas pour l’instant. Cela s’explique notamment par la période automnale, propice au bouclage des objectifs commerciaux des banques. Meilleurtaux.com mise toutefois sur une remontée des taux dès le début de l’année 2022. Si celle-ci pourrait n’être que modérée, elle pourrait toutefois avoir un impact important pour les emprunteurs à cause du taux d’endettement et du taux d’usure qui se verrait alors « déconnecté » » appuie l’article précédemment cité.

Reste à attendre les offres des banques pour cette nouvelle année du secteur qui commence en novembre.

Joseph Martin




Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook

L'actualité de la RSE









2ème édition, revue et augmentée