< head > < /head >
Carnets du Business


           

En Russie, une économie de l'ombre au creux des garages




Vendredi 20 Mai 2016


A Moscou, en Russie, les garages ne servent pas seulement à abriter voitures ou outils ménagers mais ils abritent également une partie de la population.



Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Un article en ligne du journal L’Express, d’après une dépêche AFP, explique que « les coopératives de garages, construites dans les années 1960 ou 1970 aux pieds des immeubles d'habitation soviétiques accueillent aujourd'hui ateliers et petits commerces, qui forment une économie parallèle à l'ombre des statistiques officielles et une activité vitale dans certaines régions en période de récession. »

Un jeune homme assure : « réparer des mobylettes, des voitures : on fait tout ce qu'on peut. », L’article le décrit, déchargeant « une camionnette dans l'une de ces coopératives, surnommée "Shanghai", qui regroupe des centaines de box en tôle ou parpaing en plein Moscou. »
 

Une organisation de fourmis

L’article précise que « tout au long de cette "rue", des hommes s'affairent sur des voitures à réparer, changent des pneus, tandis que dans un petit troquet, un militaire à la retraite sert du thé, des barres de chocolat ou du poisson séché, voire des brochettes quand les habitués préviennent à l'avance. »

Il ajoute que « dans l'un des réduits, deux ouvriers en bleu de travail remettent à neuf une BMW dans une odeur de peinture fraîche. L'un deux, 22 ans et originaire d'Ouzbékistan, dit réparer depuis six ans des voitures dans des garages pour "des clients réguliers, des amis". Les revenus sont partagés à moitié entre le propriétaire et les employés. »

L’article souligne que « tous les travailleurs de "Shanghai" interrogés par l'AFP refusent de donner leur nom », ajoutant que « la zone est dans le collimateur des autorités, accueillant, spécificité moscovite, surtout des migrants d'Asie centrale pas toujours en règle. Située en pleine ville à deux pas de l'Université d'Etat de Moscou, elle est en outre promise à la destruction, une partie étant déjà réduite à l'état de gravats. »

Toutefois, « dans le reste de la Russie, où le niveau de vie est bien plus faible, ces petites entreprises dans les garages sont souvent tolérées par les autorités et se sont diversifiées au-delà de l'entretien des voitures. »

Lire l’intégralité de l’article de L’Express ici.
 

Sébastien Arnaud





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Dépression post-partum : le poids de la douleur Une étude fait le lien entre la douleur ressentie après l’accouchem… https://t.co/iK5FckAfPI
VA Press : Mieux manger c’est lutter contre la dépression Une étude de l’Inserm et de chercheurs de l’université de Montpellie… https://t.co/sqWgiisv3J
VA Press : Le Français progresse en chiffre mais pas en proportion 300 millions de personnes parlent français dans le monde, c… https://t.co/6eDrz0AZML
VA Press : Cancer du sein : les astuces pour éviter la prise de poids Le cancer du sein est une épreuve suffisamment compliqué… https://t.co/mwWbgihhIh
VA Press : Une application utilise l’espace pour diminuer le nombre d’accidents de voitures Quatre associés du Sud de la Franc… https://t.co/mww2SKUGR6