Carnets du Business


           

Films et série : les nouvelles offres légales rendent injustifiables le piratage




Lundi 15 Avril 2019


Avec de plus en plus de services de vidéos à la demande pour des abonnements très abordables, le téléchargement illégal a de moins en moins de légitimité.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Il y a encore quelques années, nombre d’internautes se trouvaient face à un dilemme. Soit télécharger illégalement, soit se priver de séries ou attendre des mois voire des années pour les voir en DVD. Toutes les séries américaines n’étant pas diffusées dans la foulée par une chaine française, il fallait s’armer de patience et de vertu pour ne pas craquer. Désormais, c’est avec la multiplication des plateformes de streaming ou de VOD, les excuses valables se volatilisent.

Pour ceux qui n’ont pas pris l’habitude de consommer gratuitement sur internet, en payant pas trop cher tous les contenus sont accessibles en quelques clics et sans se ruiner. Si l’on compare notamment le prix des plateformes Netflix, Amazon Prime, iTunes, Google Play et bientôt Disney avec les prix des anciens bouquets satellites, la situation a bien évolué.

Des abonnements qui vont de 6 à une quinzaine d’euros par offre, les internautes ne sont plus dans l’illégalité. « Plutôt sur smartphones, ordinateurs ou consoles, chacun peut y trouver son compte et les offres restent relativement abordables. Des alternatives qui respectent les oeuvres protégées, auteurs et producteurs » commente le site Geeko. Et de continuer dans son article qui compare les offres commerciales « Deux points essentiels vont jouer sur le choix d’un service de SVOD (subscription video on demand) : le prix et le catalogue. À un prix élevé, un utilisateur attendra forcément un catalogue plus riche. Au-delà des abonnements, certaines plateformes proposent d’acquérir ou de louer des oeuvres à la pièce. De quoi satisfaire les plus petits consommateurs. Aucune contrainte donc, et si un film ne se trouve pas sur l’une, il sera surement sur une autre. De quoi jongler facilement entre plusieurs services. » En cumulant plusieurs offres, les abonnements mensuels peuvent rester en dessous de la barre des 30 ou 40 euros. Une observation qui montre d’ailleurs que l’arrivée de nouveaux acteurs dans le domaine ne met pas forcément en danger le pionnier Netflix.

Joseph Martin




Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook










2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter