Carnets du Business


           

Finance : création d’un « indice islamique » à Londres.




Jeudi 31 Octobre 2013


Le premier ministre britannique, David Cameron, a annoncé le mardi 29 octobre la création, à la bourse de Londres, la création d’un indice islamique. Cette annonce s’est inscrite dans le cadre du lancement du 9e Forum économique du monde islamique, qui se déroule, pour la première fois, hors d’un pays musulman, précisément dans la capitale anglaise.



Un principe introduit dès 2004

Crédit photo : http://www.freedigitalphotos.net
Crédit photo : http://www.freedigitalphotos.net
L’annonce faite par M. Cameron est d’une importance centrale, mais elle ne fait en réalité qu’entériner un processus enclenché il y a pratiquement dix ans par les acteurs de la City. De fait, c’est en 2004 que l’Islamic Bank of Britain, la première banque islamique de dépôt britannique, a vu le jour, avec un capital de départ de plus de 14 millions de livres, largement financé par différents investisseurs du Proche-Orient. Cette banque a pour principal objectif d’offrir aux particuliers de confession musulmane et aux entreprises l’opportunité d’accéder à des services « charia compatibles », conformes au droit musulman. Elle dégage des profits non pas en pratiquant l’usure, l’intérêt, mais en partageant les profits avec les clients. Dès lors, qu’est-ce que l’annonce de M. Cameron change à l’activité financière islamique en Grande-Bretagne ?

Institutionnalisation de la finance islamique

Les investisseurs étrangers, ainsi que tous les non-musulmans pouvaient ainsi, dès 2004, bénéficier de services financiers islamiques : ijara (contrat de location), ijara wa iqtina (contrat de leasing), murabaha (épargne)… Mais la différence avec l’annonce du 29 octobre, c’est que désormais la bourse de Londres elle-même sera en mesure d’émettre des titres islamiques, notamment des sukûk, équivalent d’une obligation, à ceci près que le remboursement s’effectue via un pourcentage du bénéfice engendré par l’actif financé. Le LSE pourra dès lors lancer ses premières « obligations islamiques », à hauteur, dans un premier temps, de 200 millions de livres. « Cela signifie la création d'un nouveau moyen de découvrir des opportunités de finance islamique », a commenté le premier ministre britannique. La nouveauté, c’est donc que la Grande-Bretagne sera le premier pays d’Occident à bénéficier d’un indice réunissant les entreprises répondant aux principes de la loi islamique, et à titrer via sa bourse des produits financiers musulmans. Ce qui permettra, à court terme, d’approcher de marchés dans lesquels la finance islamique a une importance capitale, comme au Pakistan, mais aussi en Arabie Saoudite, en Égypte, aux EAU, et dans la quasi-totalité des pays musulmans.

Les produits financiers islamiques : un marché dynamique

En 2004, l’Institute of Islamic Banking, basé à Londres, estimait que le taux de croissance de l’activité bancaire islamique avoisinait les 15%. Depuis 2006, les investissements islamiques ont progressé de 150% et représenteront sans doute en 2014 plus de 1300 milliards de livres. En faisant ce choix stratégique, la Grande-Bretagne affirme un plus l’importance de son secteur financier et son internationalisation croissante. Outre la place croissante que prend la Chine dans la finance britannique (un accord signé le 15 octobre entre Londres et Pékin fait de la City l’acteur majeur en matière de circulation et d’échange du Yuan), la perspective de constituer le pionnier occidental en matière de finance islamique constitue un avantage compétitif conséquent. Ce secteur à part, qui a largement bénéficié de la dégradation de l’image de la finance « conventionnelle » après la crise de 2008, est appelé à s’installer et à se développer de manière durable dans des pays, ou même des régions, qui constituent aujourd’hui des incontournables de l’économie mondiale. L’exemple de Londres suscitera-t-il des émules en Europe ? La réponse dépend selon toute vraisemblance de l’avenir de l’Union Européenne et se son harmonisation en matière financière. Mais la Grande-Bretagne est loin d’être le seul pays non-musulman à sauter le pas en matière de finance islamique. La Russie, elle aussi, a un grand intérêt pour ce type de produits. En outre, tous les acteurs institutionnels présents dans des pays musulmans disposent de filiales ou de succursales dédiées à ce type d’activités. Faute d’accord européen sur la question d’une unification des places financières, il est fort probable que l’initiative britannique provoque une brèche dans laquelle d’autres États se lanceront.

La rédaction

Dans cet article : finance, finance islamique, sukûk




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Réduire la teneur en sucre, le nouveau défi de la filière alimentaire Dans une nouvelle étude, l'OMS cherche à savo… https://t.co/sfsJI45Klj
VA Press : Corse, la nouvelle collectivité sur le chemin de l’autonomie ou de l’indépendance La liste nationaliste corse « Pè… https://t.co/3dUGc5RTIB
VA Press : Oui à la protection des enfants sur Internet ! Le Chef de l'État a déclaré samedi l'égalité femmes-hommes « grande… https://t.co/BhvVAo7YLt
VA Press : Zoom sur la parentalité étudiante La diffusion des méthodes modernes de contraception et la possibilité d'interromp… https://t.co/MMu6Oi2VMt
VA Press : Pour leur 25ème anniversaire les SMS entament leur déclin Les SMS existent depuis 1992 et ont explosé au seuil de l… https://t.co/tdxAU8yNRL