Carnets du Business


           

Google débourse 2,6 milliards de dollars pour un spécialiste du big data




Vendredi 7 Juin 2019


Google aligne 2,6 milliards de dollars pour prendre le contrôle de Looker, une société spécialisée dans l’analyse des données de masse. Une opération hors normes, même pour Google, qui en dit long sur ses priorités.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
2,4 milliards de dollars, même pour Google c’est beaucoup. Sans que ce soit un record, c’est tout de même la plus grosse acquisition du groupe depuis Nest en 2014 (3,2 milliards de dollars). En annonçant l’achat de la société Looker, spécialiste de l’analyse des données de masse, Google montre bien ses intentions. « Looker, basé à Santa Cruz en Californie, est un spécialiste du traitement de données de masse. Elle aide ses clients (médias, fintechs, entreprises dans la santé, les jeux vidéos ou encore la publicité) à y voir plus clair dans le big data avec des outils de visualisation des données afin d'identifier les tendances. Elle fournit sa technologie à 1700 entreprises parmi lesquelles Amazon, IBM, Lyft, Sony et Spotify. Son principal concurrent est Microsoft » nous apprend BFMTV .

C’est donc un poids lourd que le groupe englouti, ce qui n’est pas une très bonne nouvelle pour ses concurrents qui faisaient appel aux services de Looker. Par communiqué Google explique que l’acquisition a pour objectif d’accélérer sa transformation numérique. Avec l’accent stratégique qui est mis sur le stockage cloud et les offres au public dans le domaine, la société devrait jouer un rôle. Mais c’est surtout dans les offres à ses clients professionnels et l’exploitation des données des utilisateurs à des fins commerciales que Looker justifie une telle somme.

« Les données demeurent une ressource inexploitée pour de nombreuses organisations et entreprises. L'ajout de Looker à Google Cloud offrira une solution d'analyse plus complète (...) permettant aux groupes de tirer partie de la puissance de l'analyse de données et de l'intelligence artificielle » explique un responsable de Google. De quoi encourager à toujours plus de vigilance sur les contenus gratuits et la gestion de nos données. Comme le rappelle systématiquement la CNIL, si c’est gratuit c’est surement parce que nous sommes la marchandise.

Joseph Martin

Dans cet article : BFMTV, big data, Google, looker



Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook










2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter