Carnets du Business


           

Insee : la prostitution et le trafic de drogue ne seront pas comptés dans le PIB




Mercredi 18 Juin 2014


Si l’Insee accepte de prendre en compte l’argent généré par le trafic de drogue dans ses statistiques sur la richesse nationale, il n’est pas question de l’intégrer au calcul du PIB, tout comme la prostitution. L’Institut national de la statistique et des études économiques enfreint ainsi les nouvelles règles européennes imposant aux Etats membres de l’Union européenne dès le mois de septembre à rentrer dans leurs calculs des PIB le trafic de stupéfiants et la prostitution.



(Wikimedia)
(Wikimedia)
« Nous intégrerons [le trafic de drogue] pour les besoins de la politique européenne, notamment pour l'établissement du Revenu national brut en septembre prochain », a déclaré mardi 17 juin 2014 Eric Dubois, directeur des études et synthèses économiques à l'Insee. A noter que le Revenu national brut (RNB) est principalement destiné à déterminer la contribution de la France au budget de l'Union européenne. En revanche, l'Insee ne comptabilisera pas le trafic de drogue dans le Produit intérieur brut, pas plus que la prostitution.

L’an passé, l'institut européen de la statistique Eurostat avait en effet demandé aux Etats membres d'intégrer les activités illégales créatrices de richesses dans leurs statistiques nationales, estimant qu'il s'agissait de transactions commerciales menées d'un commun accord. Les Etats sont donc tenus de se conformer à cette demande d’ici à septembre 2014. Plusieurs pays ont déjà annoncé leur intention de suivre les indications de l’institut, parmi lesquels la Belgique et l’Espagne.

Pour la France, c’est une autre histoire. « Tout ce qui est de la prostitution discrète, c'est-à-dire de la prostitution qui se cache derrière d'autres activités, on considère qu'on le prend déjà en compte, de même que la fraude fiscale et le travail au noir, qui représentent autour de 4 points de PIB », indique Eric Dubois. Mais selon lui, « il y a aussi une prostitution de rue qui est plutôt le fait de réseaux de mafieux et relève plutôt de la traite de personnes en situation irrégulière ». L’Insee considère ainsi que le critère de consentement mutuel n’est pas vérifié, ce qui le conduit à ne pas l'intégrer dans ses mesures.

Cette question a fait débat jusqu'au niveau gouvernemental. « La prostitution n'est pas une activité commerciale librement consentie », affirment la ministre française des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem et la ministre belge de l'Intérieur Joëlle Milquet, dans un courrier adressé à la Commission européenne. « Croire qu'elle puisse l'être est un parti pris idéologique, c'est un mirage et une offense aux millions de victimes de l'exploitation sexuelle à travers le monde », ont-elles jugé.

Axelle Baudry





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : L’ancien VP Facebook qui interdit le réseau social à ses enfants Chamath Palihapitiya, ancien Vice-président chargé… https://t.co/iG2N2npbc7
VA Press : Salmonelle chez de jeunes enfants : extension des mesures de retraits des laits infantiles concernés Le 2 décembre… https://t.co/TCkXfJOAJG
VA Press : Réduire la teneur en sucre, le nouveau défi de la filière alimentaire Dans une nouvelle étude, l'OMS cherche à savo… https://t.co/sfsJI45Klj
VA Press : Corse, la nouvelle collectivité sur le chemin de l’autonomie ou de l’indépendance La liste nationaliste corse « Pè… https://t.co/3dUGc5RTIB
VA Press : Oui à la protection des enfants sur Internet ! Le Chef de l'État a déclaré samedi l'égalité femmes-hommes « grande… https://t.co/BhvVAo7YLt