< head > < /head >
Carnets du Business


           

L’Union européenne va créer une structure pour commercer avec l’Iran




Mardi 25 Septembre 2018


La responsable européenne de la diplomatie a annoncé aux Nations Unies la création d’une structure pour échapper aux sanctions américaines sur l’Iran. Une annonce forte mais qui laisse présager une réaction américaine.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Lundi 24 septembre, Frederica Mogherini a pris une position plus ferme que d’habitude. La patronne de la diplomatie européenne s’est présentée avec le ministre des affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, pour annoncer que le commerce avec l’Iran allait continuer. Plus offensif encore, ils ont expliqué qu’une structure allait être créée pour contourner les sanctions américaines. « Federica Mogherini s’exprimait à l’issue d’une réunion consacrée à la sauvegarde de l’accord nucléaire de 2015, après la sortie fracassante des Etats-Unis de celui-ci en mai. Les représentants des six pays signataires encore membres de l’accord – France, Royaume-Uni, Chine, Russie, Allemagne et Iran – étaient présents à ce rendez-vous, organisé en marge de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU. Selon des sources européennes, cette « entité ad hoc » (Special Purpose Vehicle – SPV) pourrait agir comme une bourse d’échanges ou un système de troc sophistiqué permettant aux entreprises concernées d’échapper aux sanctions de Washington » précise le journal Le Monde.

Si cette initiative européenne est dans la continuité du discours tenu par Bruxelles et les chancelleries des pays membres, la décision n’en est pas moins surprenante. Depuis l’annonce en mai par Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire et de l’instauration de sanctions américaines, les entreprises qui se penchaient sur le marché iranien ont pour la plupart fait machine arrière. Seules les entreprises sans intérêt aux Etats-Unis ou sans affaires en dollars sont restées. Ce qui est un coup dur pour un pays qui misait sur les multinationales industrielles pour dynamiser son économie.

« Washington a rétabli depuis une série de lourdes sanctions visant aussi les entreprises ou les pays étrangers qui continueraient de faire affaire avec la République islamique. Sous la menace, nombre de grands groupes (Total, Daimler…) très engagés aux Etats-Unis ont depuis cessé toute activité avec l’Iran par crainte de représailles américaines. Le 4 novembre, une nouvelle vague de sanctions frappera directement les exportations de pétrole iraniennes et les opérations bancaires avec ce pays qui va se retrouver de facto déconnecté des circuits financiers internationaux » rappelle Le Monde. Si les entreprises qui ont quitté l’Iran ne reviendront certainement pas après l’annonce européenne, reste à voir si d’autres acteurs moins internationaux vont s’intéresser au potentiel du pays.

Joseph Martin

Dans cet article : Iran, Le Monde, Nations Unies, sanctions, UE, USA




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Dépression post-partum : le poids de la douleur Une étude fait le lien entre la douleur ressentie après l’accouchem… https://t.co/iK5FckAfPI
VA Press : Mieux manger c’est lutter contre la dépression Une étude de l’Inserm et de chercheurs de l’université de Montpellie… https://t.co/sqWgiisv3J
VA Press : Le Français progresse en chiffre mais pas en proportion 300 millions de personnes parlent français dans le monde, c… https://t.co/6eDrz0AZML
VA Press : Cancer du sein : les astuces pour éviter la prise de poids Le cancer du sein est une épreuve suffisamment compliqué… https://t.co/mwWbgihhIh
VA Press : Une application utilise l’espace pour diminuer le nombre d’accidents de voitures Quatre associés du Sud de la Franc… https://t.co/mww2SKUGR6