< head > < /head >
Carnets du Business


           

L’industrie peine mais le Mondial de l’automobile bat des records




Lundi 20 Octobre 2014


Tous les deux ans le Mondial de l’automobile à Paris enregistre un nombre de visite impressionnant. Cette année aussi avec 1,2 million de visiteurs en quinze jours. Pour le magazine Challenges ces chiffres jurent avec la place prédominante d’un discours anti-automobiles.



L’industrie peine mais le Mondial de l’automobile bat des records
Nouveau succès pour le Mondial de l’automobile porte de Versailles à Paris. D’après les premiers chiffres, 1 253 513 personnes ont franchi les portes du salon entre le 4 et le 19 octobre. C’est le premier salon mondial de l’automobile en termes de fréquentations avec en 2004 un record de 1,4 million difficile à battre.

Il faut dire que les fans d’automobiles avaient de quoi être satisfaits pour cette édition avec la présentation de 268 marques de 18 nationalités. A cette occasion, une centaine de présentations mondiales de modèles étaient annoncées par les constructeurs. Autres preuves du succès impressionnant de l’événement, souligne le magazine Challenges, 10 000 journalistes ont été crédités et 8,2 millions de pages ont été vues sur le site internet du Mondial.

Succès malgré tout

Dans un article consacré à ce sujet, le magazine Challenges, note le paradoxe que soulève ce succès. Alors que tous les deux ans le Mondial défraie la chronique par ses actualités exclusives et les records mondiaux de fréquentation, il existe sans conteste un discours anti-automobile en France. Parmi les manifestations de cette mauvaise image des voitures : « répression tous azimuts, taxes alourdies - malus de plus en plus coûteux alors que les bonus s’amenuisent » mais, continue l’article « rien n’y fait. Les Français aiment visiblement encore les voitures. De la "mini" Renault Twingo, qui fait ses début commerciaux actuellement, aux Ferrari ou autres Aston Martin de rêve.  Même si les experts n’arrêtent pas de pronostiquer un désintérêt des jeunes pour l’automobile. »

Alors comment expliquer ce succès ? Comment expliquer que le salon de Tokyo, où les voitures n’ont pas si mauvaises presse, arrive bien derrière celui de Paris ? Pour le magazine, « le succès de Paris s’explique par l’attrait touristique de la capitale. Mais aussi par son antériorité historique. La toute première exposition automobile avait eu lieu en 1898. En 1901, s’est tenu le premier salon au Grand Palais. »






Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter