< head > < /head >
Carnets du Business


           

L’investissement locatif baisse à cause de la fiscalité




Vendredi 21 Septembre 2018


En 2018, les logements achetés pour être loués baissent de deux points d’après une étude du Crédit Foncier. Une tendance qui s’explique par les réformes fiscales qui n’’avantagent pas les propriétaires immobiliers.



Creative Commons - Unsplash
Creative Commons - Unsplash
Acheter pour louer est de moins en moins intéressant. Il n’a pas fallu longtemps pour que les Français le comprennent avec les diverses annonces concernant la fiscalité des propriétaires. Avec la réforme de l’Impôt sur la fortune qui se transforme en impôt sur la fortune immobilière, la hausse de la taxe foncière et le taux unique d’imposition sur les revenus du patrimoine sauf sur l’immobilier le message a été clair. Résultat, montre une étude du Crédit Foncier, l’investissement locatif est en baisse. « Pour l’année 2018, le spécialiste du financement immobilier estime que la part du locatif privé dans le total de logements construits, en France, va passer de 16% en 2017 à 14,1% en 2018. Pour l’heure, il ne s’agit que d’une prévision mais si ce chiffre était confirmé, ce recul marquerait un sacré coup d’arrêt au rattrapage entamé il y a quatre ans. Après avoir chuté de 17,6% à 13,4% entre 2011 et 2013, ce taux avait progressé de 2,6 points durant les quatre années suivantes (de 13,4% en 2013 à 16% en 2017) » rapporte Le Figaro .

Malgré des réformes qui ne vont vraiment pas vers l’encouragement du patrimoine immobilier, le gouvernement semble étonner de cette tendance. « Les craintes exprimées en mai dernier par Julien Denormandie semblent donc se confirmer. Face à la pénurie de logements en France, le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires n’a eu de cesse ces derniers mois d’inciter les propriétaires à louer leur logement. Problème, pour les bailleurs, le fautif à ce refus est tout trouvé : c’est le gouvernement et sa politique fiscale qualifiée d’«anti-propriétaires». « L’environnement fiscal actuel peut aboutir à une stigmatisation de l’immobilier. Si la baisse de la part relative de l’investissement locatif se confirmait, cela serait une mauvaise nouvelle dans un pays où les ménages représentent la quasi-totalité (96 %) de l’offre locative privée », explique Nicolas Pécourt, du Crédit Foncier. Il y a trente ans, cette part s’élevait à 65% » compile le quotidien.

Joseph Martin




Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE





2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter