Carnets du Business


           

L’optimisation fiscale de Airbnb ne passe pas




Lundi 7 Août 2017


En ne payant moins de 100 000 euros d’impôts sur les sociétés pour 2016, Airbnb déclenche une avalanche d’indignations. Alors que la plateforme est un redoutable concurrent pour les hôtels traditionnels, voir que ses impôts sont en proportion de 12,5% passe très mal.



L’optimisation fiscale de Airbnb ne passe pas
Airbnb est une réussite commerciale, une marque au succès fulgurant mais aussi un symbole de la colère de nombreux chefs de petites entreprises. Chaque année depuis son lancement c’est comme un rituel, l’annonce du montant de son impôt sur les sociétés déchaine les réactions les plus outrées. Cette année avec 92 944 euros pour l’année 2016, ça n’a pas manqué. « Le géant américain, qui propose plus de 400.000 offres de logements sur son site en France, n'en est pas à son coup d'essai. En 2015 déjà, il avait réussi à payer moins de  69.168 euros d'impôts sur les sociétés , alors que l'Hexagone est son deuxième marché, juste derrière les Etats-Unis » commence le quotidien Les Echos qui a annoncé le montant. « Comme d'autres grands groupes, Airbnb fait de l'optimisation fiscale, même s'il rappelle que son impact économique en France serait de  6,5 milliards d'euros par an. Immatriculée dans l'Etat du Delaware, la société utilise un système de facturation en Europe passant par l'Irlande. Officiellement, la filiale française n'a que des activités de marketing ou de promotion de la marque » précise l’article.

La plupart des activités du groupe, qui bénéficient en grande partie aux activités françaises, sont donc soumises à un taux d’imposition de 12,5%, celui en vigueur en Irlande. La pratique n’a rien d’exceptionnelle et de nombreux grands groupes américains actifs en Europe sont organisés ainsi. Mais avec Airbnb, cela passe d’autant plus mal que le secteur du tourisme est en France autant stratégique qu’il est en crise depuis 2015. Face à ce sentiment d’injustice très largement partagé, le ministère des Finances a annoncé qu’il allait préparer des solutions concrètes. « D'autres multinationales américaines comme Google, Facebook ou Apple sont également dans le viseur de Bercy, qui s'inquiète des montants en jeu. Récemment, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a expliqué dans une interview aux "Echos" qu'il valait mieux  "un bon accord avec Google qu'un mauvais procès" , après la décision d'un juge administratif d'annuler le redressement infligé par l'administration fiscale au géant américain » conclue le journal économique.

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Une équipe lilloise sur la piste d'un nouveau traitement sur l'obésité Une équipe de recherche associée à l'univers… https://t.co/Tr9W2JEpng
VA Press : Le bien-être des citoyens dépend il de l'intégration interculturelle ? Une étude révèle que les le bien-être et la… https://t.co/wMvIND9ePm
VA Press : Le prix Lucas Dolega remis au photojournaliste Narciso Contreras La Ville de Paris a remis le Prix Lucas Dolega au… https://t.co/5bXqdh8tMg
VA Press : Pub et sexisme : des marques s’engagent à arrêter les clichés Vingt-huit marques s’engagent à lutter contre les cli… https://t.co/rRCH67bDWM
VA Press : Le cinéma d'animation, un joyau charentais Angoulême a tenu la dragée haute aux premiers Emile Awards le 8 décembre… https://t.co/HnLTmhVppd