Carnets du Business


           

La Mairie de Paris veut se débarrasser de l’Autolib de Bolloré




Lundi 18 Juin 2018


D’après les informations du journal Libération, la Maire de Paris compte dénoncer le contrat qui la lie avec Bolloré sur Autolib jusqu’en 2023. Le gouffre financier qui risque de s’accentuer et des propositions concurrentes feraient pencher la balance vers cette solution drastique.



Creative commons - Pixabay
Creative commons - Pixabay
Ce serait un nouveau coup dur pour le groupe Bolloré en difficulté en Afrique. La Mairie de Paris envisagerait de dénoncer le contrat qui la lie avec le groupe pour les Autolib. Alors que les deux parties étaient tombées d’accord à la signature pour laisser courir jusqu’à 2023, le gouffre abyssal du service en chute libre encouragerait la Mairie à y mettre fin.

C’est le quotidien Libération qui avance cette hypothèse : « Selon une source proche du dossier, la réunion qui a eu lieu lundi soir à l’hôtel de ville avec Renault, PSA, BMW, Volkswagen, Daimler, Drivy, Ubeeqo, Zipcar, Citiz, Communauto, Car2Go, Vulog, Zencarz, Sixt, Hertz et Clem’, a achevé de convaincre la maire qu’il fallait en finir avec le système d’aujourd’hui. « Les professionnels étaient tous stupéfaits par le montant des déficits d’exploitation dont se plaint Bolloré», raconte un des participants. D’autant plus que certains exploitent déjà des systèmes d’autopartage dans des villes européennes et se vantent de ne pas demander un euro d’argent public. »

Le gouffre financier est important mais un changement de partenaire est une aventure en elle-même et les dernières expériences n’ont pas été franchement concluantes. L’imbroglio Vélib est un bon exemple des dégâts que peuvent faire sur un service populaire une décision hâtive. D’autant que dénoncer le contrat devrait avoir un coût que personne n’a encore évalué ou comparé avec le déficit prévu d’Autolib. « Au syndicat mixte Autolib Vélib Métropole, où l’on gère déjà la délicate transition Vélib, un observateur estime que les troupes ne se réjouissent guère d’en ajouter une seconde, qui s’annonce assez acrobatique. Il est peu vraisemblable en effet que Bolloré remballe ses voitures et au revoir. En tout cas, la décision devra être prise rapidement, sans doute avant le 15 juin, car il faudra une délibération du conseil d’administration du syndicat mixte, avec des délais légaux incompressibles » continue Libé, en général bien informé sur les affaire de la Mairie de Paris.

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Cancer de la peau : les parents protègent bien leurs enfants mais s'oublient Le gendarme français de la concurrence… https://t.co/AHTkJW3sck
VA Press : Le droit de vote restera garanti pour les personnes handicapées Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat chargée des person… https://t.co/Iy6mrHQ4oz
VA Press : Oui, rappelons-le, le Paracétamol peut être dangereux pour la santé Le triste fait-divers de Naomi Musenga qui est… https://t.co/ipufb8Mrlq
VA Press : Construire sa maison : bois et écologie font-ils bon ménage ? Souvent présenté par ses promoteurs comme un matériau… https://t.co/I4qIoo1swL