< head > < /head >
Carnets du Business


           
Oberthur Fiduciaire
Oberthur Fiduciaire est une entreprise spécialisée dans l’impression de haute sécurité. Fondée en... En savoir plus sur cet auteur

Le dollar, monnaie de l’Amérique… et du monde ! (2/5)

Notre série "Monnaies, identités et cultures"




Mardi 28 Octobre 2014


(Partenariat éditorial)



Crédit : Carnets du Business / Ingimage
Crédit : Carnets du Business / Ingimage
« Pour cent dollars de plus » (Jack London), « Cinquante mille dollars » (Ernest Hemingway), « La douleur du dollar » (Zoé Valdès), « I have dollars » (Wen Zhu), « Une pluie de dollars » (Pelham Grenville Wodehouse), « Le sourire à cinq dollars » (Shashi Tharoor) « Pour une poignée de dollars » (Sergio Leone), « Cent mille dollars au soleil » (Henri Verneuil)… Preuve de sa renommée universelle, des centaines de romans et de films de par le monde citent le dollar dans leur titre. Plus que tout autre monnaie, le dollar excite l’imagination, suscite la convoitise, symbolise la réussite, l’enrichissement ou la cupidité.
 
Le dollar est connu voire utilisé sur toute la surface du globe. Même dans les contrées les plus pauvres et les plus reculées, rares sont les personnes qui ne pourraient reconnaître le fameux billet vert ! Et pourtant, les débuts du dollar sont plutôt modestes. Le premier dollar naît en même temps que la déclaration d’indépendance des colonies anglaises d’Amérique du Nord, le 4 juillet 1776. Ce n’est alors qu’un simple morceau de papier, appelé aussi « monnaie continentale » parce qu’il est émis par le « congrès continental » réunissant les colonies en quête de liberté.
 
Sa création vise à financer la guerre contre les Britanniques mais aussi à affirmer d’emblée la souveraineté du nouvel État. Pas question pour les insurgés de continuer à utiliser la monnaie de la couronne britannique ! La naissance d’une nation va de pair avec la naissance d’une nouvelle monnaie. Et comme, dans le cas de la République américaine, les deux phénomènes sont concomitants, le dollar devient, plus encore que dans les anciennes nations européennes, le symbole même du pays et de sa liberté.
 
Autant que leur goût de la réussite matérielle, cette origine explique certainement le vif attachement des citoyens américains à leur monnaie. L’iconographie de la nouvelle monnaie garde d’ailleurs la trace de ces temps héroïques. Aujourd’hui encore, les billets de 1 dollar s’ornent du portrait de George Washington, premier président des États-Unis tandis que ceux de 10 dollars sont frappés de celui d’Alexandre Hamilton, son premier Secrétaire au Trésor.
 
Pour autant, à l’époque des « pères fondateurs », le dollar n’est pas encore ce qu’il est devenu aujourd’hui. À vrai dire, il n’est même pas une véritable monnaie nationale. Au début du XIXe siècle, pas moins de 8000 banques différentes émettent chacune quelque huit coupures différentes, sources de confusion et véritable aubaine pour les faux-monnayeurs qui n'ont même pas à se donner la peine de copier des billets existant, la création d'une nouvelle monnaie au nom d'une banque fictive suffisant à abuser leurs victimes ! Il faudra attendre la guerre de Sécession pour qu’Abraham Lincoln – dont le visage est reproduit sur les billets de 5 dollars – engage, en 1863, la remise à plat du système avec la volonté de créer une monnaie unique pour l’ensemble des états membres de l’Union. C’est à cette époque que les billets commencent à être frappés de l’Aigle américain et qu’est élaborée la devise « In God We Trust » qui, toutefois, n’ornera les billets que dans des années 1950 après avoir été initialement reproduite sur les pièces.
 
Comme toute monnaie, le dollar entretient un lien étroit avec l’histoire du pays qui l’émet. Pour le psychosociologue et anthropologue Clotaire Rapaille, observer un dollar revient à contempler « une histoire vivante de l’Amérique et de la philosophie américaine » (1). En effet, outre les grandes figures de l’histoire américaine placées au recto du billet, le verso est aussi orné d’un savant dosage de symboles mystérieux évoquant tantôt la foi en Dieu, tantôt la fidélité aux idéaux du siècle des Lumières qui ont inspiré la révolution américaine mais surtout la confiance dans la « destinée manifeste » des États-Unis.
 
Ainsi, la devise « Novus Ordo Seclorum » reproduite sur le billet de 1 dollar et qui n’annonce rien moins qu’une « nouvelle ère américaine ». Une prétention dont on pourrait aisément sourire si le dollar n’était effectivement devenu non seulement la première monnaie mondiale, mais carrément la monnaie du monde. Malgré la grande crise de 1929, l’histoire du dollar est celle d’une ascension continue vers ce statut dont les deux grands jalons sont 1944, avec les accords de Bretton Woods et 1976 avec la décision unilatérale des États-Unis d’abandonner tout lien du dollar avec l’or.
 
Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les échanges internationaux sont libellés en dollars. Mais ce succès mondial du dollar est loin de se limiter aux grandes transactions, réalisées de façon dématérialisée sous la forme de jeux d’écritures. La pénétration du dollar est plus profonde. Elle concerne aussi les personnes physiques et morales qui, partout dans le monde, conservent des billets en dollars, voire les utilisent pour leurs transactions, à la place de monnaies locales jugées moins dignes de confiances. On estime communément que sur les quelque 777 milliards de dollars en circulation sous la forme de pièces et de billets, 512 milliards sont détenus et utilisés en dehors des États-Unis !
 
Pour cette raison, le dollar est aussi la monnaie la plus fidèle à la forme fiduciaire. Sur 100 dollars comptabilisés, 10 sont des billets : une proportion bien plus élevée que celle qui prévaut pour l’euro, la livre ou le yen. Le dollar n’a pas fini de s’appeler « billet vert » et il démontre que puissance et modernité vont bien de pair avec le refus de s’en remettre à la seule monnaie électronique.
 
 
(1) Cité in « La fabuleuse histoire du dollar », documentaire réalisé par Alain Lasfargues et produit en 2008, par France 5 et Alegria, disponible à la vente sur Arte Boutique (http://boutique.arte.tv/f7352-fabuleuse_histoire_du_dollar).
 







Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter