< head > < /head >
Carnets du Business


           

Le salaire minimum en question




Jeudi 7 Avril 2016


Le Royaume-Uni, la Californie et l'État de New York viennent d’annoncer des hausses importantes dans le cadre du salaire minimum.



Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Un article en ligne du journal Le Point s'interroge sur une éventuelle augmentation du smic. Il explique ainsi que « la question va inévitablement être mise sur la table après l'annonce d'une hausse du salaire minimum au Royaume-Uni et dans deux États américains, considérés comme deux bastions du libéralisme économique. »

L’article du Point précise qu’ « outre-Atlantique, le smic horaire va progressivement passer de 9 à 15 dollars (13,15 euros) dans l'État de New York. En Californie, il devrait bondir de 10 à 15 dollars d'ici à 2023. Les candidats aux primaires démocrates Bernie Sanders et Hillary Clinton ont aussi promis de le relever au niveau fédéral s'ils sont élus. »

Par ailleurs, Outre-Manche, « le salaire minimum a d'ores et déjà augmenté le 1er avril de 6,70 livres à 7,20 livres, soit 9,02 euros. Et le Premier ministre conservateur, David Cameron, a promis de le relever encore de 30 % d'ici à 2020, date à laquelle il devrait atteindre 9 livres (11,40 euros de l'heure). » L’article du Point souligne que Jean-Luc Mélenchon, « qui avait promis un smic à 1 700 euros brut lors de la campagne présidentielle de 2012 », pourrait quant à lui « réclamer de suivre l'exemple des conservateurs britanniques. »
 

Une situation différente en France

Pourtant, comme le souligne l’article, « en France, le salaire minimum atteint déjà 9,67 euros brut, soit 1 467 euros par mois (1 150 euros net) pour un travail à temps plein. Cela représente quelque 60 % du revenu médian, contre 47 % au Royaume-Uni (avant la hausse), selon les chiffres d'Eurostat. Il s'agit du plus haut niveau observé dans l'Union européenne, avec le Portugal. »

L’économiste Francis Kramarz, directeur de recherche au Centre de recherche en économie et en statistique (Crest), constate : « La question n'est pas le niveau du salaire minimum, mais le coût minimum du travail. Or, en France, il y a toujours un énorme écart entre ce que paie l'employeur et ce que touche l'employé, malgré la baisse des cotisations sociales patronales au niveau du smic, à cause des cotisations salariales. Cet écart est bien plus faible au Royaume-Uni. » 

Lire l'intégralité de l'article du Point ici.

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : La canicule de 2003, toujours dans les mémoires mais encore égalée A chaque épisode caniculaire, le souvenir de cel… https://t.co/3MrdkxqBRP
VA Press : La Turquie maintient son boycott de l’Eurovision Le patron de la télévision publique turque vient de confirmer que… https://t.co/pRT2QsryLg
VA Press : Construire sa maison : bois et écologie font-ils bon ménage ? Souvent présenté par ses promoteurs comme un matériau… https://t.co/ALL3PUv1EI
VA Press : Article n°1265 Les oppositions ont beau gesticuler, les chiffres sont têtus L’opposition de gauche et l’opposition… https://t.co/jrHLJCu4LA
VA Press : Par force de loi, les portables sont interdits à l’école et au collège Le texte de loi interdisant les portables à… https://t.co/LLcOdv7leP