Carnets du Business


           

Les Bac +3 et Bac + 5 s’intègrent plutôt bien dans le marché du travail




Vendredi 21 Avril 2017


Une étude de l’Apec montre que les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur s’insèrent bien dans le monde du travail. Plus de huit étudiants sur dix diplômés d’une licence ou plus en 2015 occupaient un emploi un an plus tard.



ILD
ILD

Certains chiffres permettent parfois d’avoir une meilleure vision de la situation de l’emploi que les discours politiques. Si l’on croit la dernière étude de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) par exemple, la situation des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur n’est pas si terrible. On apprend par exemple que 82% des diplômés d’une licence ou plus en 2015 ont un emploi un an plus tard. 92% d’entre eux ont eu en tout cas une première expérience professionnelle. « Un an après la fin de leurs études supérieures, plus de la moitié des Bac +5 (ou plus) occupaient un poste de cadre (53%). Ils étaient 55% à bénéficier d'un CDI. La situation est moins favorable pour les Bac +3 et +4 puisque 9% étaient cadres et 45% disposaient d'un CDI. Par ailleurs, leur rémunération médiane était plus faible: la moitié d'entre eux gagnaient plus de 21.600 euros bruts annuels, quand la moitié des Bac +5 et plus touchaient un salaire supérieur à 28.000 euros » ajoute Le Figaro.

 

L’étude démontre ainsi que l’enseignement supérieur reste un excellent pourvoyeur d’emploi. Elle s’intéresse aussi aux moyens utilisés pour être embauchés. « Pour eux, postuler à des offres d'emploi reste le moyen de recherche le plus efficace: un tiers des postes obtenus (32%) l'ont été ainsi. Viennent ensuite les initiatives personnelles, entre dépôt de CV sur Internet (15%) et candidature spontanée (14%), et le réseau relationnel (15%). La recherche d'emploi a duré en moyenne deux mois et demi, période durant laquelle "ils ont passé 9 entretiens et ont été reçus dans 7 entreprises différentes", selon l'Apec. Ils se sont lancés quasi exclusivement dans un emploi salarié (98%) et en majorité dans les services (59%), premier pourvoyeur devant l'industrie (20%), le commerce et la distribution (15%), puis la construction (6%) » résume Le Figaro.


Sébastien Arnaud





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE







2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Greenpeace, défenseur de l’environnement ou « mercenaire vert » ? https://t.co/1S4KvqipIO
VA Press : Les perspectives de carrières dans la RSE et le DD vues par un chasseur de tête https://t.co/WhAGzhPW6H
VA Press : Piscines municipales : plongée dans un monde de bactéries Une étude scientifique américaine s’est penchée sur la qu… https://t.co/XVMiSE16gL
VA Press : Vieillissement de la population : comment notre société peut s’adapter Le Comité Consultatif National d’éthique (CC… https://t.co/kAcjyiUDl6
VA Press : "Solo" ou l'indigestion Star Wars La poule aux œufs d’or Star Wars, rachetée par Walt Disney, ne semble pas dormir.… https://t.co/NP0dP2PRy4