Carnets du Business


           

Les livraisons systématiques peuvent bouleverser le rapport au commerce




Lundi 13 Septembre 2021


La généralisation des livraisons a bouleversé les habitudes de consommations. La demande explosant, ce sont les entrepôts aux abords des villes qui prennent petit à petit le dessus sur les commerces de proximité.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Quelques confinements plus tard et les habitudes changent. Si l’on a toujours pu sortir acheter l’essentiel, pour le reste nous sommes nombreux à avoir découvert des alternatives en ligne qui se sont avérées très pratique même après les restrictions sanitaires. Résultat, ces derniers mois, les entrepôts de stockage et de tri avant livraison gagnent autant de terrain que les commerces de proximité ne reculent. Pouvoir recevoir en quelques clics chez soi un objet modifie absolument notre rapport à la consommation avec des conséquences que l’on peine parfois à saisir.

« Les locaux sont le nerf de la guerre. La livraison express repose sur ce maillage de petits dépôts installés un peu partout en ville dans le but de desservir chacun 150 000 à 200 000 habitants, dans un rayon moyen de 2 kilomètres. L’artère principale, avec ses loyers élevés, n’est pas forcément la plus recherchée. « Le business model fonctionne sur la base d’une logistique optimisée et de charges maîtrisées », détaille Paul-Eric Perchaud, le directeur des investissements chez CF Invest, spécialiste de l’immobilier. « Mais il y a une telle concurrence que l’enjeu principal est de trouver des locaux adaptés pour prendre les parts de marché », quitte à payer un peu plus. En termes de nuisances directes, les leçons du passé ont été tirées. Les livreurs utilisent majoritairement des vélos à assistance électrique qui rechargent leur batterie dans les locaux et n’encombrent pas les trottoirs » assure Le Monde, dans un article dédié à ce phénomène.

Le quotidien compile les craintes de ses interlocuteurs concernant le remplacement des petits magasins de quartier par des petits entrepôts sans âme. C’est tout le paradoxe de notre époque concernant les modes de consommation. Qui croire ? Ceux qui affirment que les petits commerces et la vente directe sont l’avenir ? Ou ceux qui assurent que les consommateurs sont devenus des enfants gâtés qui veulent tout recevoir immédiatement ?

Joseph Martin

Dans cet article : commerce, Le Monde, livraison



Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook

L'actualité de la RSE









2ème édition, revue et augmentée