Carnets du Business


           

Managers intermédiaires, les responsabilités sans les avantages




Jeudi 14 Décembre 2017


Une étude du Boston Consulting Group (BCG) montre que les managers intermédiaires, maillon essentiel de l’entreprise, sont trop souvent traités comme des demis-chefs. Un statut d’entre deux qui est mal vécu par beaucoup d’entre eux.



ILD
ILD
C’est un phénomène sur lequel il était grand temps de mettre des mots. Le Boston Consulting Group (BCG) fait quelque chose d’utile en détaillant le malaise très répandu des managers intermédiaires. C’est un maillon essentiel de l’entreprise, comme le montre l’enquête du BCG, ce sont eux qui encadrent entre la moitié et 80% des effectifs d’une entreprise. Autant dire que sans eux, l’entreprise ne fonctionnerait pas et pourtant ils ne sont pas heureux.

Ce travail du BCG en partenariat avec Science Po explique qu’ils ne sont pas mis en valeur à la hauteur de ce qu’ils apportent. « Parce que la reconnaissance et l'estime que l'on accorde aux managers intermédiaires ne sont pas proportionnelles à l'importance de leur rôle. Et ce n'est pas tout: ils sont constamment «piégés» dans des organisations complexes, trop procédurières, et passent - ou plus exactement perdent - trop de temps (entre 30% et 70%) dans des réunions non concluantes, aux enjeux peu ou mal définis, qui les éloignent des décisions stratégiques. Trois managers intermédiaires sur quatre ont ainsi l'impression d'être de simples exécutants, sans réelle influence sur les «vraies» prises de décisions. Cette contre-productivité a un coût pour les entreprises: l'étude du BCG estime qu'elle ferait baisser la rentabilité des entreprises de 16 à 22% » résume un article du Figaro à ce sujet.

Sortes de demi-chefs, ils sont de toutes les réunions et complications pour la gestion des équipes sans avoir de pouvoir décisionnel définitif ou les avantages salariaux du top management. « À quoi ressemble la journée «type» d'un manager intermédiaire? Il consacre plus de 30% de son temps à des activités de production, 25% à du reporting et seulement 20% à du management... » abonde le quotidien. Un constat qui doit interroger sur l’organisation des entreprises qui voient le poste de manager-intermédiaire comme une récompense pour travailleur senior. Si ces derniers ne sont pas satisfaits de cette position intermédiaire et si c’est mauvais pour l’entreprise, à quoi bon s’obstiner ?

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE







2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Arabie Saoudite : le sport comme levier d’émancipation pour les femmes Alors qu’elles sont sur le point d’obtenir l… https://t.co/TKJ7UMkymY
VA Press : Les journalistes de l’affaire Weinstein récompensés par le Pulitzer Les journalistes du New York Times et New Yorke… https://t.co/3YJx38HuB0
VA Press : Nathalie Baye au secours des grands singes menacés Plusieurs personnalités dont Nathalie Baye ont décidé d’utiliser… https://t.co/rXrPeKijs9
VA Press : Se coucher tard, c’est avoir plus de chance de mourir D’après une étude britannique effectuée en analysant un demi-… https://t.co/EzyUBr4to0
VA Press : « Les aliments qui empoisonnent » : l’alerte de 60 millions de consommateurs La revue 60 millions de consommateurs… https://t.co/CRvLK7tV1j