Carnets du Business


           

Nokia annonce près de 600 suppressions d’emplois en France




Jeudi 7 Septembre 2017


Nokia vient d’annoncer que ses filiales françaises allaient être touchées par la suppression de 597 postes d’ici deux ans. Un coup dur pour le groupe qui continue à voir certaines de ses activités dégringoler.



ILD
ILD
Le miracle n’a pas eu lieu. Juste un an après le rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia, la société n’a pas réussi à s’adapter au nouveau marché ultra concurrentiel et la direction annonce de nouvelles suppressions de postes. « L'équipementier télécoms finlandais prévoit en effet 597 suppressions d'emplois en France d'ici 2019 dans ses filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN), sur un effectif total de 4.200 personnes dans ces deux sociétés, a déclaré mercredi à l'AFP un porte-parole du groupe finlandais. Les effectifs actuels de ses quatre filiales dans le pays s'élèvent à 5.260 salariés » rapporte Le Figaro.fr.

Les sites de l’Essonne et de Côtes-d’Armor sont dans le viseur du groupe pour ces suppression d’emplois alors que la direction finlandaise assure que les départements de recherche et développement ne sont pas concernés. « Les deux autres filiales du groupe en France, Alcatel-Lucent Submarine Networks (câbles sous-marins) et RFS (radiofréquences) ne sont pas concernées par ce «projet d'évolution», justifié par le plan de la maison mère de dégager 1,2 milliard d'euros d'économies d'ici 2018, selon la porte-parole. Le groupe en difficulté chronique a choisi de repositionner la France en pôle d'excellence en matière de recherche-développement sur trois technologies clé: la 5G, la cybersécurité et l'internet des objets » explique le site du quotidien français.
 
Les syndicats ont pesté contre une déclaration qu’ils estiment contraire à ce qui a été promis lors du rachat il y a un an. L’allègement de la structure était pourtant à prévoir pour cette société qui n’a bouclé qu’une année dans le vert depuis sa création en 2006. Les syndicats sont remontés et un bras de fer s’annonce puisque « Selon eux, le PDG du groupe, Rajeev Suri, s'était engagé lors du rachat, auprès d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, à renforcer le secteur de la recherche et développement pour le porter à 2.500 ingénieurs et chercheurs à fin 2019 . Ces engagements sont «loin d'être tenus» puisque «seulement 20% des 500 recrutements nécessaires ont été réalisés à ce jour» » ajoute Le Figaro.

Joseph Martin

Dans cet article : emplois, France, Le Figaro, Nokia




Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Les victimes d'attentats : un nouveau lieu d'accueil à Paris Michel Cadot, préfet de la région d'Île-de-France, pré… https://t.co/eP1N15F5qr
VA Press : Les zones littorales "intertropicales", des territoires vulnérables L'Académie des sciences vient de publier un num… https://t.co/oCDLFAO5xo
VA Press : LA SEMANTIQUE DU MANAGEMENT https://t.co/Wad7vrzEev
VA Press : Mal-logement en France : 12 millions de personnes mal logées La 23e édition du rapport annuel sur L'État du mal-log… https://t.co/xBOoPkXfkl
VA Press : La fille naturelle de Claude François veut juste pouvoir dire que c’est son père Une femme de 40 ans a décidé de so… https://t.co/DvdEZmhtIM