Carnets du Business


           

Non, le prélèvement à la source ne sera pas reporté




Jeudi 30 Août 2018


Un article du Canard Enchainé a semé le doute dans les esprits en affirmant que Emmanuel Macron envisagerait de reporter le prélèvement à la source. Le ministère de l’Action et des comptes publics a démenti catégoriquement l’information.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le gouvernement n’a pas trainé pour réagir au dernier numéro du Canard Enchainé. Le journal satyrique du mercredi était à peine disponible dans les kiosques que le ministère de l’Action et des comptes publics démentait une indiscrétion sur le prélèvement à la source. Signe que le dossier est épineux et suivi de très près surtout par les entreprises, le ministère veut à tout prix éviter que ces dernières pensent que la décision n’est pas encore irréversible.
 
L’hebdomadaire satyrique donnait en effet une lueur d’espoir aux critiques le plus farouches en rapportant des propos qu’auraient tenus Emmanuel Macron. « Selon l'édition du mercredi 29 août du Canard enchaîné, Emmanuel Macron serait prêt à reporter la mise en place du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, initialement prévue pour le 1er janvier 2019. "On se donne jusqu'au 15 septembre pour voir si on le fait ou pas", aurait-il confié à sa garde rapprochée durant le week-end » rapporte Le Figaro. Les propos qui auraient été tenus dans un cadre privé et sous la forme de confidences, manifesteraient les doutes personnels du président sur ce dossier. L’article va jusqu’à affirmer que le président se laisse jusqu’à la mi-septembre pour trancher en faveur ou non de l’application de la mesure.
 
Si le ministère des Comptes publics dément plus que formellement en affirmant que le 1er janvier 2019 est toujours la date d’application prévue, la supposée aparté du président raisonne étrangement avec les déclarations du Premier ministre Edouard Philippe dans une interview au Journal du Dimanche. Il s’y engageait à faire le point d’ici la fin du mois sur ce dispositif et sa mise en œuvre. Des déclarations croisées qui laissent imaginer de fortes tensions entre les tendances et positions sur cet épineux dossier. Le cabinet du ministère des Comptes publics se bat sur tous les fronts pour défendre cette réforme, un désaveu de l’exécutif ferait franchement mauvais genre.

Joseph Martin




Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook










2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter