Carnets du Business


           

PSG éliminé, la catastrophe est économique pour le club




Vendredi 8 Mars 2019


Le Paris Saint Germain est aussi une entreprise. Et si sa rationalité économique est régulièrement remise en question, certains événements sont un sévère retour à la réalité. Avec sa défaite prématurée en Ligue des champions, le club est dans une situation financière périlleuse.



DR PSG
DR PSG
N’importe quelle entreprise, dans n’importe quel secteur serait dans l’embarras. Après avoir investit autant d’argent, les résultats doivent être au rendez-vous. « L’historique remontada contre Barcelone en 2017, la leçon infligée par le Real Madrid en 2018 et cet incroyable retournement contre une équipe de Manchester privée de ses meilleurs joueurs risquent de donner au PSG l’image d’un club de riches loosers. Pas très bon pour les affaires, au moment où le club est en train de renégocier la plupart de ses contrats de partenariats » commente La Croix dans un article qui s’arrête sur les conséquences économiques pour le club. A ce titre, et en maigre consolation, le PSG a été inspiré de signer un partenariat de 50 millions d’euros annuels avec le groupe Accor.

Si la question financière est à souligner c’est parce ce qu’on y décèle une irrationalité très perturbante. Il n’est en effet pas rare qu’un club de foot déçoive ses supporters en faisant primer l’aspect financier sur le sportif. Mais alors, une part des supporters comprend que pour penser au long terme, la stratégie du PSG est incompréhensible et ne porte des fruits ni sportivement ni financièrement. « Pas sûr que l’actionnaire ait beaucoup apprécié l’incroyable faute de mains du gardien Gianluigi Buffon, engagé à grand renfort d’argent et de communication, après avoir déjà largement participé en 2018 à l’élimination de son club d’alors, la Juventus Turin, en demi-finale de la Ligue des champions. Le choix sportif, mais surtout commercial (le portier italien est une vedette mondiale) de le titulariser, de préférence au gardien international français Alphonse Aréola, risque de coûter cher aux dirigeants parisiens » relève La Croix.

Outre les 10 millions d’euros qui ne sont versés qu’aux clubs qui atteignent les quarts de final, les billets ou maillots qui ne seront pas vendus et les droits télévisuels, le club va devoir batailler pour engranger des recettes. Même le Qatar ne peut rien contre l’équilibre des colonnes de comptabilité.

Elisabeth Reault

Dans cet article : La Croix, Ligue des champions, PSG, économie



Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook










2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter