Carnets du Business


           

Pirelli devient chinois et donc ambitieux




Mardi 24 Mars 2015


Le groupe public chinois ChemChina a confirmé qu’il venait d’acquérir le groupe emblématique de pneus Pirelli. Valorisé à 7,1 milliards d’euros, le cinquième pneumaticien mondial espère pouvoir recoller ses rivaux Michelin, Goodyear et Sumitomo grâce à de nouveaux moyens.



Dimanche soir ChemChina confirme l’acquisition de Pirelli, l’emblématique fabricant italien de pneus. Classé cinquième dans ce secteur, l’achat du groupe n’était pas un secret. « La précision du communiqué de Camfin, holding de contrôle de Pirelli, ne laissait en effet, dès vendredi, pas de place au doute: les détails du complexe montage financier à 15 euros par action, la scission en deux sociétés (les pneus haut de gamme seront mis en Bourse et les pneus de poids lourds intégrés à la filiale Aolus du chinois), et l'avenir de l'actuel PDG de Pirelli Marco Tronchetti Provera » explique Le Figaro.

Ainsi, l’actuel PDG, gendre du  descendant de la famille Pirelli, va rester en place mais le groupe sera présidé par un Chinois. A part quelques décisions stratégiques, le nouveau propriétaire s’est voulu rassurant : la marque va perdurer, voire même reprendre une nouvelle ampleur. Le siège social et la recherche devraient d'ailleurs demeurer en Italie.

Les moyens de ses ambitions

« ChemChina, créé voici onze ans seulement, réalise déjà 36,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires contre 6 milliards pour cette pépite italienne qui a dégagé un résultat opérationnel de 838 millions d'euros en 2014 » rapporte Le Figaro, montrant ainsi que le nouveau propriétaire a les moyens de ses ambitions.

En passant dans le giron de ce conglomérat public chinois, Pirelli va entamer une nouvelle dynamique. « Le groupe chinois ouvrira au pneumaticien italien les portes du marché asiatique et lui donnera peut-être l'espoir de rattraper - à terme - ses rivaux Michelin, Goodyear ou Sumitomo » analyse le quotidien français.

L’information a été largement commentée en Italie. Le quotidien La Stampa, cité par Le Monde , explique ainsi que «  « Mis à part quelques groupes comme FCA, Luxottica ou Autogrill, écrit-il, nos entreprises sont sous-capitalisées et ne sont pas assez grandes pour tenir la compétition dans le marché mondial. Cela condamne l’Italie. »

Sébastien Arnaud





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche





L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : Cancer de la peau : les parents protègent bien leurs enfants mais s'oublient Le gendarme français de la concurrence… https://t.co/AHTkJW3sck
VA Press : Le droit de vote restera garanti pour les personnes handicapées Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat chargée des person… https://t.co/Iy6mrHQ4oz
VA Press : Oui, rappelons-le, le Paracétamol peut être dangereux pour la santé Le triste fait-divers de Naomi Musenga qui est… https://t.co/ipufb8Mrlq
VA Press : Construire sa maison : bois et écologie font-ils bon ménage ? Souvent présenté par ses promoteurs comme un matériau… https://t.co/I4qIoo1swL