< head > < /head >
Carnets du Business


           

Taxe temporaire sur les entreprises, uniquement pour les très grosses entreprises




Lundi 21 Août 2017


Bruno Le Maire a confirmé au quotidien régional Sud Ouest que le gouvernement envisage d’instaurer une taxe temporaire pour compenser l’impôt de 3% sur les dividendes rejeté par Bruxelles. Le ministre de l’Economie a cependant précisé que seules les entreprises qui réalisent plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires.



ILD
ILD
Le ministre de l’Economie confirme les informations sorties dans la presse la semaine dernière. Le gouvernement envisage bel et bien de mettre en place une taxe temporaire pour remplacer l’impôt sur les dividendes de 3% qui a été refusé par Bruxelles le printemps dernier. « La taxe sur les dividendes, instaurée au début du quinquennat de François Hollande, ne sera pas remplacée par une autre taxe pérenne mais le gouvernement cherche à combler le coût du contentieux perdu par l'État. En cas d'invalidation totale et définitive du texte par la justice française, cette décision pourrait coûter 3 à 4 milliards d'euros à l'État, qui serait alors obligé de rembourser les entreprises qui ont dû s'acquitter de cette taxe ces dernières années » résume le site Boursorama .

Dans l’interview qu’il a donné au quotidien régional Sud Ouest, le ministre a voulu surtout rassurer les petites et moyennes entreprises. Il a ainsi déclaré que seuls les très grands groupes qui réalisent des chiffres d’affaires de plus d’un milliard d’euros seront concernés. Le Figaro qui a annoncé en premier l’éventualité d’une taxe temporaire assurait que le gouvernement envisageait d’augmenter la contribution sociale de solidarité des sociétés qui concerne les grands groupes avec pour objectif de collecter deux milliards d’euros. Un dispositif qui s’appliquerait trois ans à partir de 2018.

« Interrogé sur les critiques de certains économistes estimant que le programme économique du président Emmanuel Macron bénéficiera surtout aux plus riches, Bruno Le Maire les juge "profondément injustes". Et de rappeler que "ce sera dix milliards de gain de pouvoir d'achat pour les classes populaires et moyennes au travers de la baisse de la taxe d'habitation, et sept milliards de gain pour les actifs dans le cadre de la bascule des cotisations salariales vers la CSG" » rapporte le site Boursorama.

Joseph Martin





Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche









2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter