Carnets du Business


           

Warren Buffet se sent « comme un crétin » de ne pas avoir investi dans Google




Lundi 6 Mai 2019


Le milliardaire Warren Buffet et son associé Charlie Munger ont répondu aux questions de leurs actionnaire lors de l’assemblée générale. Il a ainsi regretté publiquement de ne pas avoir identifié le potentiel de Google et d’être passé à côté en termes d’investissements.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Warren Buffet 88 ans et Charlie Munger 95 dans un exercice d’autocritique. La performance mérite d’être saluée. « Warren Buffett, 88 ans, s'est exprimé devant des dizaines de milliers de personne à Omaha dans le Nebraska à l'occasion de l'assemblée générale des actionnaires de son empire Berkshire Hathaway Inc. qui s'est étalée sur tout un week-end. Avec son partenaire Charlie Munger, 95 ans, vice-président de la société, ils ont répondu à une cinquantaine de questions d'actionnaires et d'analystes pendant six heures. "Ca ne me dérange pas de ne pas avoir identifié tôt Amazon", a expliqué Charlie Munger. "Le type (Jeff Bezos) est une sorte de faiseur de miracle, c'est très particulier." "Mais je me sens comme un crétin de ne pas avoir identifié Google plus tôt (..) on s'est plantés", a-t-il ajouté » rapporte Boursorama.

Les investisseurs ne sont pas non plus passé complètement à côté des valeurs prometteuses de la Silicon Valley puisque le groupe possède 50 milliards de dollars d’actions du groupe Apple. « Warren Buffet a défendu ses investissements dans Kraft Heinz et Wells Fargo, des participations parmi les plus importantes de Berkshire qui sont aujourd'hui sous le feu des critiques d'une partie des investisseurs. Kraft Heinz en particulier a obligé Berkshire à passer en février une dépréciation de 3 milliards de dollars sur sa participation de 26,78% face à l'incapacité du géant de l'alimentaire à se renouveler pour prendre en compte les nouvelles habitudes des consommateurs. Le groupe a de bons résultats sur le plan opérationnel et ses problèmes actuels ne peuvent pas être mis sur le compte d'un manque d'investissement, a affirmé le milliardaire » lit-on plus loin. Le groupe défend une progression trimestrielle de 5% tout à fait honorable, mais le deux responsables sont tout de même apparus sur la défensive alors que les observateurs prévoyaient mieux.

Joseph Martin




Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook










2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter