Carnets du Business


           

Zuckerberg en faveur d’une loi de protection des données aux Etats-Unis




Lundi 1 Avril 2019


Le fondateur de Facebook plaide auprès du gouvernement américain pour plus de régulation d’internet et notamment de la protection des données. Il suggère notamment que les pays du monde entier s’inspirent du RGPD européen.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
C’est un comble. Le patron et fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg appelle à une meilleure réglementation d’internet. Alors que sa société a défrayé a chronique internationale pour l’utilisation des données des utilisateurs, voilà qu’il appelle son gouvernement à mieux réguler les contenus problématiques, les manipulations d’opinions ou le traitement des données confidentielles.

« Cette semaine, le patron de Facebook  a expliqué son point de vue dans un article op-ed publié sur le Washington Post. “Je crois que les gouvernements et les régulateurs doivent jouer un rôle plus actif. En mettant à jour les règles pour Internet, nous pouvons préserver ce qu’il y a de mieux – la liberté des personnes de s’exprimer et celle des entrepreneurs de construire de nouvelles choses – tout en protégeant la société contre des torts graves”, écrit Zuckerberg. Par exemple, en ce qui concerne les contenus préjudiciables, le patron de Facebook explique que les régulateurs pourraient définir les lignes de base de ce qui est interdit, et requérir aux entreprises de mettre en place des dispositifs pour limiter ces contenus. En ce qui concerne les élections, Mark Zuckerberg indique que les dispositifs que Facebook a mis en place seraient plus efficaces si les régulateurs mettaient en place un standard commun pour vérifier les acteurs politiques » nous apprend Presse Citron.

Zuckerberg en profite d’ailleurs pour faire la louange du RGPD européen. « Partout dans le monde, les citoyens ont appelé à une réglementation complète de la protection de la vie privée conforme au règlement général de l’Union européenne sur la protection des données, et je suis d’accord avec cette idée. Je pense qu’il serait bon pour Internet que davantage de pays adoptent une réglementation telle que le GDPR en tant que cadre commun »  assure-t-il.

A première vue hypocrite, cette déclaration apparait ensuite rapidement dans l’intérêt du groupe. Car si les scandale se sont répétés, la groupe a navigué à vue dans un domaine où tout a semblé permis pendant des années.

Joseph Martin

Dans cet article : Facebook, Presse Citron, RGPD, USA, Zuckerberg



Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook










2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter