Carnets du Business


           

​Pression sur les fournisseurs : le gouvernement exige 117 millions d’euros à Leclerc




Lundi 22 Juillet 2019


La marque de grande distribution est dans le collimateur du ministère de l’Economie qui exige 117 millions d’euros pour pratiques commerciales abusives. Leclerc est assigné au tribunal de commerce de Paris pour avoir fait pression sur des fournisseurs.



Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Quatre entités du groupe Leclerc sont assignées par le ministère de l’Économie. «  Bercy réclame une amende de 117,3 millions d'euros au distributeur français pour des pratiques commerciales jugées abusives, a indiqué dimanche 2(1) juillet le ministère de l'Economie. Le ministre Bruno Le Maire et sa secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher ont assigné l'enseigne vendredi devant le tribunal de commerce de Paris, précise Bercy, confirmant des informations du Figaro. Leclerc est accusé d'avoir fait pression sur ses fournisseurs lors de négociations commerciales l'an dernier via une centrale d'achat en Belgique, Eurelec, afin de contourner la législation française. Le ministère parle également d'un "déséquilibre significatif" dans les négociations et de "mesures de rétorsion fortes" auxquelles Eurelec aurait eu recours pour imposer ses conditions » nous apprend France Info.
 
Cette décision du ministère est le fruit d’une longue enquête de ses services. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a travaillé longuement sur ce dossier. « L'assignation vise plus précisément quatre entités chapeautées par Leclerc – Eurelec Trading, Scabel, Galec et ACDLec – pour lesquelles Bercy demande une sanction "proportionnée au montant des sommes indûment perçues par l'enseigne auprès de ses fournisseurs". Le recours en justice est le fruit d'une longue enquête menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).Ce n'est pas le premier litige entre le distributeur et le ministère, qui réclame depuis plusieurs mois une sanction de 108 millions d'euros dans un autre dossier, concernant cette fois des remises exigées aux fournisseurs alors même qu'elles seraient contraires au code du commerce » précise l’article de la chaine publique. Ce sera désormais au Tribunal de Commerce de rendre sa décision. Cette dernière mérite d’être surveillée tant elle enverra un message important dans ce secteur où l’équilibre des forces est délicat avec les fournisseurs.

Joseph Martin




Recherche

Rejoignez-nous
Twitter
Rss
Facebook










2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter