Carnets du Business


           
Olivier Meier
Olivier Meier est Professeur des Universités, directeur de recherche au Lipha Paris Est et visiting... En savoir plus sur cet auteur

Approche culturelle au Brésil ou "le jeu de la ceinture"




Dimanche 5 Octobre 2014


Le Brésil est un pays constitué de plusieurs sous cultures issues de diverses immigrations et sa population a vécu des événements marquants qui ont forgé son histoire et son identité. Si les Brésiliens se revendiquent comme « américains » du fait de leur position géographique et ont une culture a priori latine (optimisme, spontanéité, liens informels et directs), sur bien des aspects, ils témoignent d’une certaine proximité avec la culture asiatique, qui peut réserver bien des surprises dans le cadre de relations professionnelles.

 



Très fréquemment, on associe la patience à la culture chinoise par opposition à la culture nord-américaine. En effet, alors que le manager ou le négociateur nord-américain privilégiera la domination et l’agressivité pour parvenir à ses fins (confrontation directe), son interlocuteur chinois fera montre de sérénité et de persévérance face à des situations de tensions ou de crise.  La culture américaine s’inscrit dans un système traditionnel de compétition, basé sur un jeu à somme nulle, où l’une des parties gagne au détriment de l’autre.

Dans ce système, le recours à la force (et à la menace) fait partie des règles du jeu et doit permettre d’obtenir à court terme des résultats concrets (accord définitif). A l'inverse, la culture chinoise aborde la négociation comme un processus sans fin et privilégie dans la démarche le compromis, où l’intérêt des deux parties est pris en compte, afin d’établir une relation durable avec le partenaire.
(Sous licence Creative Commons)
(Sous licence Creative Commons)

Or, aussi étonnant que cela puisse paraître, les Brésiliens ont certaines proximités avec leurs homologues chinois, en considérant la patience comme la première des vertus. Au Brésil, il est toujours possible de discuter, de chercher une solution acceptable pour tous. Les Brésiliens aiment échanger, discuter et prendre leurs temps, avant de s'engager.

D'ailleurs, la patience constitue un des éléments de différenciation du Brésil. Comme l’enseigne un célèbre dicton local « Patience, le Brésil est grand », il est important de donner du temps au temps et d’avancer pas à pas.
 

Il y a donc chez le peuple brésilien une tendance à l'optimisme et à l'ouverture,  liée à un passé riche et aux potentialités du pays (démographie, position géographique, diversité culturelle, ressources naturelles), avec une primauté accordée au développement d'un climat bienveillant propice à la construction de relations durables.
 

Cette façon de penser et d'agir font des Brésiliens, de redoutables négociateurs. On y retrouve là encore certaines similitudes avec la culture asiatique, où le jeu de la ceinture (« Jogo de cintura ») n’a rien à envier au jeu de go, et contraste fortement avec les règles formelles et logiques du jeu d’échecs. Dans la culture brésilienne, le conflit est à éviter. Il doit laisser place à une gestion souple et pragmatique de la relation, qui doit conduire à des solutions communes acceptées par tous, sans heurts ni agressivité. Selon cette conception, la concertation doit primer sur l'affrontement.
 

Ainsi, à l’instar de la culture asiatique, patience, confiance mais aussi flexibilité et persévérance constituent des valeurs fondamentales de la culture brésilienne qui mise avant tout sur le consensus collectif et les projets de long terme. Cette prise de conscience montre, s’il était encore nécessaire, le besoin d’ouverture culturelle indispensable à tout futur manager pour s’adapter au monde de demain. Les sources d'inspirations sont en effet multiples, et  il serait une erreur de se référer au seul modèle anglo-saxon. Le manager de demain devra puiser son inspiration et ses réflexions dans différentes cultures, afin de se forger sa propre identité professionnelle .






Rejoignez-nous
Twitter
Rss

Recherche


L'actualité de la RSE



L'actualité économique avec le JDE




2ème édition, revue et augmentée



VA Press sur Twitter
VA Press : L’ancien VP Facebook qui interdit le réseau social à ses enfants Chamath Palihapitiya, ancien Vice-président chargé… https://t.co/iG2N2npbc7
VA Press : Salmonelle chez de jeunes enfants : extension des mesures de retraits des laits infantiles concernés Le 2 décembre… https://t.co/TCkXfJOAJG
VA Press : Réduire la teneur en sucre, le nouveau défi de la filière alimentaire Dans une nouvelle étude, l'OMS cherche à savo… https://t.co/sfsJI45Klj
VA Press : Corse, la nouvelle collectivité sur le chemin de l’autonomie ou de l’indépendance La liste nationaliste corse « Pè… https://t.co/3dUGc5RTIB
VA Press : Oui à la protection des enfants sur Internet ! Le Chef de l'État a déclaré samedi l'égalité femmes-hommes « grande… https://t.co/BhvVAo7YLt